NOUVELLES
22/06/2016 02:54 EDT | Actualisé 22/06/2016 02:56 EDT

Après Mathieu Cyr, c'est au tour de Judith Lussier de s'indigner d'une chronique de Richard Martineau

Courtoisie

La chronique de la fête des Pères de Richard Martineau continue de faire jaser. Après l'humoriste Mathieu Cyr, c'est au tour de la chroniqueuse Judith Lussier de critiquer le texte. Elle l'a fait à travers une plainte au Conseil de presse du Québec (CPQ).

Lussier a publié ladite plainte sur Facebook, et celle-ci emprunte le même chemin que la publication de Cyr à ce sujet : celui de l'ironie et du sarcasme.

Rappelons que la fameuse chronique publiée sur le site du Journal de Montréal et titrée «La fête de qui?» parlait du rôle du père d'aujourd'hui en comparaison avec celui du passé. Pour Martineau, le père de famille a perdu l'autorité qu'il avait et son rôle se confond désormais avec celui de la mère.

Vers la fin de sa plainte, Lussier, qui signe entre autres une chronique dans le journal Métro, rappelle que, selon le Guide de déontologie du CPQ, «même le journaliste d’opinion est soumis à l’exigence de l’exactitude des faits».

Avant cette conclusion, elle met en évidence certaines lignes du texte de Martineau qu'elle trouve incohérentes ou tout simplement fausses. Elle remet notamment en question l'affirmation selon laquelle les parents d'enfants qui mangent du sable dans les parcs risquent la prison et que donner une légère fessée à sa progéniture peut résulter en une peine de prison à vie.

«Il omet de mentionner que cette peine pourrait être encourue dans le cadre de circonstances extrêmes, comme le décès de la victime, et encore faudrait-il que l’agresseur ait un historique de violence et des intentions criminelles», écrit Lussier au sujet de la fessée.

Les critiques énoncées par la membre des Brutes ne s'arrêtent pas là. Vous pouvez lire la publication Facebook en entier ci-haut.