Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

L'entraîneur de Dibaba arrêté dans une perquisition de police

L'entraîneur de la championne du monde sur 1500 mètres, l'Éthiopienne Genzebe Dibaba, ainsi que d'autres coureurs de fond ont été arrêtés près de Barcelone lundi, après que la police espagnole eut effectué une perquisition dans sa chambre d'hôtel et qu'elle eut retrouvé des traces d'érythropoïétine (EPO) et d'autres substances dopantes.

Jama Aden, qui est originaire de Somalie, a été détenu en compagnie d'un thérapeute sportif du Maroc tandis que l'Association internationale des fédérations d'athlétisme (IAAF) procédait à des tests antidopages sur 28 des 30 athlètes qui séjournaient également dans cet hôtel de Sabadell, qui se trouve à environ 25 km de Barcelone. Aden y tient des camps d'entraînement annuels depuis 2013. Aucun détail sur le thérapeute sportif marocain n'a été fourni.

Les policiers ont mentionné qu'Aden et le thérapeute sont suspectés d'avoir administré et distribué des substances dopantes et d'avoir mis en danger la santé publique.

L'IAAF a indiqué que ces arrestations avaient été faites à la suite d'une enquête qui avait été déclenchée en 2013.

Jusqu'à 60 seringues ont été trouvées lors de la perquisition, mais la police a refusé de préciser si elles avaient toutes été retrouvées dans la chambre d'Aden ou de son acolyte.

Après avoir interrogé les suspects, les policiers ont 72 heures pour déposer des accusations formelles.

Les autorités locales ne s'attendent pas à d'autres arrestations.

En plus de Dibaba, les athlètes qui ont été testés à l'hôtel perquisitionné provenaient essentiellement de la Somalie, de l'Éthiopie, du Djibouti, d'Algérie, d'Arabie saoudite, d'Égypte et du Qatar.

Dibaba est la favorite pour remporter le 1500 m aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro en août.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.