Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Afghanistan : des attaques tuent des sous-traitants en route vers l’ambassade canadienne

Des employés de sécurité qui se rendaient à l'ambassade canadienne à Kaboul font partie d'une vingtaine de personnes tuées lundi dans deux attaques à la bombe séparées en Afghanistan.

Selon le ministère afghan de l'Intérieur, 14 Népalais ont été tués, tandis que 9 personnes, soit 5 sous-traitants népalais et 4 civils afghans, ont été blessées quand un kamikaze a attaqué leur minibus.

Un officiel canadien a confirmé à CBC que les sous-traitants se rendaient à l'ambassade du Canada à Kaboul. Un kamikaze à pied s'est fait exploser près de leur minibus, selon le chef de police la capitale afghane, Abdul Rahman Rahimi.

L'attaque a eu lieu à sept kilomètres de l'ambassade canadienne, dont le personnel est sain et sauf, a pour sa part indiqué l'officiel canadien.

Un des blessés népalais, Amrit Rokaya Chhetri, avait indiqué à l'Associated Press que les passagers du minibus se rendaient à l'ambassade du Canada au moment de l'attaque.

Le porte-parole taliban Zabihullah Mujahid a revendiqué l'attaque dans une déclaration transmise aux médias.

Au Népal, le gouvernement est informé de l'incident et tente d'identifier les victimes, en plus de valider les renseignements sur l'attaque, a indiqué un porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bharat Raj Paudyal.

Quelques heures après l'attentat à Kaboul, une bombe attachée à une moto dans un marché de la province du Badakhshan a tué au moins 8 civils et en a blessé 18 autres, un bilan qui pourrait s'alourdir, a affirmé le gouvernement provincial.

Les attaques de lundi font suite à un autre attentat-suicide commis en mai contre un minibus qui transportait des employés du ministère afghan de la Justice. Il survient aussi à la suite d'un assaut lancé contre un tribunal à Ghazni le 1er juin.

Les deux ont été revendiqués par les talibans, en riposte à l'exécution de six prisonniers talibans.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.