Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Deux marcheurs russes font appel de la suspension de leur pays des Jeux de Rio

Deux athlètes russes contestent la décision de l'IAAF de bannir l'équipe d'athlétisme russe des Jeux olympiques de Rio. Ils font appel devant le Tribunal arbitral du sport.

L'IAAF, l'organisme de gestion mondiale de l'athlétisme, a maintenu vendredi la suspension imposée à l'équipe russe d'athlétisme en novembre après que l'Agence mondiale antidopage eut éventé un vaste système de dopage orchestré par l'État russe.

Les marcheurs Denis Nizhegorodov et Svetlana Vasilyeva arguent que la suspension de l'équipe entière est une sanction injuste.

Nizhegorodov, médaillé d'argent des Jeux de 2004, a déclaré, sur le site Internet de son agent que « participer aux Olympiques est l'objectif principal et un grand honneur. Nous y parviendrons ».

« Ils veulent m'empêcher de participer aux Jeux même si je n'ai rien fait qui devrait me coûter ma place à Rio, renchérit Vasilyeva. J'ai appris qu'il ne sert à rien d'attendre et d'espérer que ça se règle, je dois agir. »

Les deux athlètes rejettent la proposition de l'IAAF de permettre à certains Russes de participer aux Jeux de façon indépendante, sans représenter leur pays, s'ils parviennent à démontrer qu'ils ne sont pas dopés et qu'ils ont été fréquemment testés par des laboratoires de l'extérieur de la Russie.

« Je suis citoyen de Russie, une puissance sur la scène sportive. Je ne souhaite pas participer aux Jeux sous le drapeau olympique », a déclaré Nizhegorodov.

Cet appel a été porté indépendamment de la fédération russe d'athlétisme, qui affirme être toujours dans l'attente du texte complet de la décision de l'IAAF.

L'équipe de marche rapide est l'une des plus touchées par ces histoires de dopage entourant l'athlétisme russe. Elle s'est volontairement retirée des derniers Championnats du monde pour cette raison.

Nizhegorodov est issu d'un centre d'entraînement dont la réputation a été assombrie par plus de 30 cas de dopage, dont plusieurs champions olympiques.

On l'a menacé de lui retirer sa médaille de bronze des Jeux de 2008 après qu'il eut échoué à un contrôle antidopage, mais l'analyse de son échantillon B n'a pas été concluante.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.