NOUVELLES
18/06/2016 04:29 EDT | Actualisé 19/06/2017 01:12 EDT

Réouverture de la frontière entre Afghanistan et Pakistan

Le principal poste-frontière entre l'Afghanistan et le Pakistan, emprunté chaque jour par des milliers de personnes, a rouvert samedi après cinq jours de fermeture et de tensions qui ont fait plusieurs morts et blessés, selon des sources officielles.

"Le poste-frontière de Torkham a rouvert ce matin après plusieurs jours de négociations entre les responsables afghans et pakistanais" a indiqué à l'AFP le porte-parole du gouverneur de la province de Nangarhar, Ataullah Khogyani.

"C'est le retour à la normale, les Afghans traversent la frontière pour aller se faire soigner (au Pakistan), il y a énormément de gens", a confirmé à l'AFP le chef de la police frontalière pour l'Est de l'Afghanistan, Mohammad Ayub Hussain Khil.

Le responsable a précisé cependant que de nouvelles dispositions imposent depuis samedi aux voyageurs afghans de disposer d'un passeport et d'un visa d'entrée au Pakistan.

La population afghane qui a coutume de se rendre au Pakistan voisin pour des soins médicaux, faute d'infrastructures suffisantes dans la région frontalière, pouvait jusqu'alors librement traverser la frontière.

La réouverture de la frontière samedi matin, le long de la passe de Khyber, a été également confirmée par les autorités pakistanaises, "après une réunion hier soir entre responsables afghans et pakistanais" a notamment précisé un responsable des Territoires tribaux pakistanais.

Des tirs d'artillerie de part et d'autre avaient commencé le 12 juin au soir et fait trois morts et 20 blessés parmi les policiers afghans. Côté pakistanais, un officier de police a été tué et dix-huit blessés dont 10 membres des forces de l'ordre. Plusieurs civils ont été également blessés, selon les bilans officiels.

"Les chefs de tribus et leurs familles qui vivent le long de la frontière et s'étaient réfugiés en ville ont commencé à rejoindre leurs villages", selon le responsable des Territoires tribaux.

Une source pakistanaise a accusé les Afghans d'avoir ouvert le feu les premiers pour s'opposer à des travaux au poste-frontière, qui ont pu reprendre samedi.

Le ministère pakistanais des Affaires étrangères a annoncé samedi qu'il recevrait une délégation du même ministère afghan lundi à Islamabad afin d'évoquer la situation au poste-frontière de Torkham.

Ce point de passage avait déjà été brièvement fermé le mois dernier en raison d'affrontements similaires.

bur-ach/ahe/cls