NOUVELLES
18/06/2016 10:35 EDT | Actualisé 19/06/2017 01:12 EDT

Les réfugiés afghans ont été "oubliés" jusqu'à la crise des migrants (ONU)

Les réfugiés afghans ont été "oubliés" par la communauté internationale jusqu'à ce qu'ils arrivent en masse en Europe l'an passé, a déploré samedi à Téhéran le Haut-commissaire des Nations unies pour les réfugiés, Filippo Grandi.

M. Grandi a débuté vendredi, à l'aube de la Journée mondiale des réfugiés le 20 juin, sa première tournée régionale. Elle sera axée sur les réfugiés afghans, a-t-il déclaré en Iran, un pays - voisin de l'Afghanistan - qui en accueille plus de trois millions, dont un tiers jouit d'un statut légal.

"J'ai décidé, pour ma première année en tant que Haut-commissaire (...) de mettre l'accent sur la situation difficile et non résolue des réfugiés afghans", a-t-il affirmé lors d'une conférence de presse commune avec le vice-ministre iranien de l'Intérieur, Hossein Zolfaghari.

"Les réfugiés afghans ont malheureusement été oubliés par la communauté internationale. C'est seulement lorsqu'ils ont commencé à arriver en Europe avec d'autres réfugiés que la communauté internationale s'est soudainement souvenue" de leur existence, a poursuivi le responsable onusien.

Des milliers d'Afghans sont effectivement venus grossir les rangs des migrants et réfugiés qui traversent la mer Egée pour rallier, par les îles grecques, le territoire européen.

En 2015, l'UE a été ébranlée par l'arrivée d'un nombre sans précédent de 1,25 million de demandes d'asile, déposées principalement par des Syriens, Irakiens et Afghans fuyant la guerre et l'insécurité.

A l'occasion de sa visite, M. Grandi a exhorté la communauté internationale à augmenter son soutien aux programmes iraniens d'aide aux réfugiés parce que "moins nous aidons (ces) réfugiés, plus ils tenteront leurs chances ailleurs".

"Nous avons vu cela arriver l'an dernier avec des centaines de milliers d'Afghans faisant route pour l'Europe", a-t-il ajouté.

M. Zolfaghari a pour sa part souligné devant les journalistes que l'Iran s'efforçait d'endiguer l'immigration clandestine, notamment en direction de l'Europe.

"Ces dernières années, nous avons rapatrié 753.000 personnes qui étaient entrées illégalement en Iran vers leur pays d'origine", a-t-il ajouté, montrant ainsi que son pays était également concerné par la crise migratoire.

Le responsable de l'ONU a également tenu à saluer la "qualité" des services offerts par l'Iran à ses réfugiés, même si beaucoup d'entre eux vivent dans l'illégalité et dans des conditions difficiles. Un décret de 2015 du guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, permet à tous les enfants afghans d'aller à l'école, une mesure louée par M. Grandi.

an/nbz/cmk