NOUVELLES
18/06/2016 02:16 EDT | Actualisé 19/06/2017 01:12 EDT

Euro-2016 - Suisse: Lichtsteiner, capitaine abandonné ?

Il ne fait pas bon porter le brassard de l'équipe suisse en ce moment: après Gökhan Inler, longtemps capitaine mais prié de rester à la maison pour l'Euro, c'est au tour de Stephan Lichtsteiner, pilier de la Nati et de la "Juve" d'être chahuté pour des performances depuis le début de l'Euro, jugées insuffisantes.

Le défenseur latéral aux 83 sélections, passé par Lille et la Lazio Rome, est apprécié pour ses capacités à jouer les pistons sur son côté droit pour se projeter vers l'avant, moins pour ses performances défensives actuelles, notamment mercredi lors du partage des points (1-1) contre la Roumanie.

Un peu comme Patrice Evra, son équipier à la Juve et son pendant chez les Bleus. Sauf que "Tonton Pat" n'est pas capitaine cette fois-ci, contrairement au Mondial-2010, et n'est pas autant critiqué.

Lichtsteiner voit lui son brassard et sa place de titulaire remis en cause par une presse suisse quasi unanime.

"Dans le 3-5-2 de la Juventus, Lichtsteiner est +protégé+ par le trio formé d'Andrea Barzagli, Leonardo Bonucci et Giorgio Chiellini, trois +monstres+ qui ont dégoûté les Diables Rouges à Lyon", analyse le quotidien romand Le Matin.

"Contre la Roumanie, on a juste vu son vrai niveau, ajoutait un journaliste de l'agence suisse ATS présent sur l'Euro, à tel point que l'on peut douter de sa capacité à jouer dans une défense à quatre".

- "maillons faibles de la Nati" -

Le penalty provoqué par Lichtsteiner sur une faute grossière (tirage de maillot) et qui a permis à Stancu d'ouvrir le score à la 18e minute pose question, même si le sélectionneur suisse Vladimir Petkovic a vite essayé de clore de débat.

"Le penalty, une fois qu'il est sifflé, fini les discussions, a-t-il réagi après la rencontre. Ca ne sert plus à rien d'en parler, y compris après le match, même si, si on siffle chaque faute comme celle-là, il y aura beaucoup de penalties de sifflés".

Petkovic ne veut certainement pas accabler l'un de ses piliers, qui a débuté avec la Nati à l'Euro-2008, disputé en Suisse.

De plus, après avoir pris la décision de se passer de son milieu de terrain et capitaine Gökhan Inler, trop souvent sur le banc à Leicester, pour les matches amicaux de mars en vue de l'Euro, c'est à Lichtsteiner que le sélectionneur a confié le brassard.

Au lendemain du match nul contre les Roumains, Le Matin estimait que Petkovic devait "décider du destin", non seulement de Lichtsteiner, mais aussi de Xherdan Shaqiri, "maillons faibles de la Nati".

- Les politiques s'en mêlent -

Pour le quotidien, le sélectionneur se trouve "face à dilemme qui se résume à une question simple: l'équipe de Suisse ne serait-elle pas plus forte sans son capitaine et sans sa star ?"

Pour ou contre Lichtsteiner ? Le débat se déplace même sur le terrain politique. Ainsi le maire de Genève et conseiller national PDC (Parti démocrate-chrétien, centre) Guillaume Barazzone, estimait-il vendredi dans la Tribune de Genève que "Lichtsteiner n'a pas son rendement habituel. Et Shaqiri s'entend mieux, et donc jouera mieux, avec (Michael) Lang. Les deux joueurs sont bien plus complices".

Il est en effet de notoriété publique que Lichtsteiner et Shaqiri ne s'entendent pas au mieux, d'autant que le joueur de Stoke n'a pas été retenu comme vice-capitaine.

Déjà à Lens face à l'Albanie, Lichtsteiner n'avait pas été souverain. Sa performance du Parc des Princes pourrait-elle pour autant amener Vladimir Petkovic à lancer Michael Lang sur le flanc droit de sa défense dimanche à Lille face à la France ? Rien n'est moins sûr, car un tel coup de force pourrait être très mal accueilli par le vestiaire.

ebe/pgr/agu