NOUVELLES
18/06/2016 06:13 EDT | Actualisé 19/06/2017 01:12 EDT

Euro-2016: la Fédération croate avait averti la France et l'UEFA du risque d'incidents

La Fédération croate de football (HNS) avait averti l'UEFA et la police française avant le match de vendredi entre la Croatie et la République tchèque que des hooligans prévoyaient de l'interrompre, a-t-elle indiqué samedi.

"En amont du match, la HNS a fait tout son possible pour empêcher des incidents, et a donc averti l'UEFA et la police française de l'intention des hooligans d'interrompre la rencontre", a déclaré la Fédération dans un communiqué.

Un dirigeant de la HNS en charge de la sécurité, Miroslav Markovic, a même assuré que la Fédération avait été "informée" qu'il y aurait des incidents à la 85e minute, a rapporté l'agence de presse croate HINA.

Vendredi à Saint-Etienne, le match Croatie-République tchèque a été interrompu à la 86e minute à cause de fumigènes et de pétards lancés sur la pelouse depuis la tribune où avait pris place un groupe de supporters croates.

La sélection au damier menait alors 2-1 et était virtuellement qualifiée pour les huitièmes de finale. Mais à la reprise, les Croates ont concédé un penalty et permis aux Tchèques d'égaliser, ce qui leur a coûté au moins temporairement leur qualification.

La Fédération croate s'est excusée auprès des spectateurs et de la sélection tchèque, mais a aussi vertement critiqué les autorités croates pour ne pas s'être saisies de la question du hooliganisme ces dernières années.

"L'inefficacité et le manque de volonté pour ne serait-ce que tenter de résoudre ce problème a poussé les hooligans à poursuivre leurs actions", a déploré la HNS.

"Les incidents de Saint-Etienne sont le résultat de l'attitude passive de l'Etat croate et aujourd'hui, nous voilà tous otages d'un groupe de hooligans", a-t-elle insisté.

La Fédération devait tenir une conférence de presse sur le sujet samedi après-midi.

Le ministre croate des Affaires étrangères Miro Kovac a de son côté annoncé qu'il allait échanger avec son homologue français Jean-Marc Ayrault pour éviter que de tels incidents se reproduisent pendant le match entre la Croatie et l'Espagne, mardi à Bordeaux.

"Nous comptons sur l'efficacité des autorités françaises et sur leur coopération avec la police croate" sur ce dossier, a souligné le ministre devant la presse.

A l'issue du match vendredi, le sélectionneur croate Ante Cacic n'avait pas mâché ses mots, qualifiant les supporters ayant lancé des fumigènes de "terroristes du sport". La présidente croate Kolinda Grabar-Kitarovic avait elle estimé qu'ils étaient des "ennemis de la Croatie".

ljv/agu/adc/es