NOUVELLES
18/06/2016 11:15 EDT | Actualisé 19/06/2017 01:12 EDT

Euro-2016/Islande - Hallgrimsson: "Pas de bruit dans le vestiaire"

"Il n'y avait pas beaucoup de bruit dans le vestiaire" de l'Islande après l'égalisation de la Hongrie (1-1) à la 88e minute, a raconté le co-sélectionneur de l'Islande Heimir Hallgrimsson, samedi à Marseille (sud) pour l'Euro-2016.

Q: Comment était l'ambiance dans votre vestiaire à la fin du match?

R: "Nous étions tous un peu déçu, normal quand on encaisse un but à la fin du match. Nous étions contents avec un point contre le Portugal, mais vraiment déçu avec un point contre la Hongrie. Pour répondre à votre question, il n'y avait pas beaucoup de bruit dans le vestiaire..."

Q: Qu'est-ce qui n'a pas marché dans défense à la fin du match?

R: "J'aimerais d'abord féliciter les Hongrois et leur entraîneur, c'est une grande équipe, si on les sous-estime ils peuvent faire mal, nous avons fait beaucoup d'efforts pour défendre. Ce que nous n'avons pas bien fait c'est garder la ballon, nous ne l'avons pas bien utilisé, peut-être parce que nous étions fatigués. Ils ont couru plus que nous, vers la fin Bernd Storck a ajouté un attaquant et joué avec trois défenseurs, nous aurions pu les punir..."

Q: Avez-vous vu le but contre son camp de Saevarsson?

R: "Je viens de voir les images, je pense qu'il n'avait pas trop le choix, un attaquant derrière lui arrivait à grande vitesse, il ne pouvait pas faire autrement, on ne peut pas dire que c'est de sa faute."

Q: Avez-vous manqué de lucidité?

R: "Nous avons eu des occasions même si nous n'avons pas eu beaucoup de possession, peut-être 35%, et c'est fatiguant quand vous n'avez pas le ballon."

Q: Qu'est-ce qu'il vous a manqué?

R: "Nous sommes très fiers de cette performance, mais nous aurions pu être intelligents, il y a toujours une leçon à tirer d'un match. Nous aurions dû mieux gérer le temps qui restait à la fin."

Q: Que pensez-vous du penalty? Est-il justifié? Est-ce une faute de Kiraly ou de Kadar?

R: "J'ai vu rapidement les images avant de venir ici, il n'y avait peut-être pas grand chose mais il y a eu collision, et je pense que c'était celle Kadar, avec le genou, qui a été sifflée."

Q: Vous n'êtes plus une surprise désormais...

R: "Nous sommes la seule équipe n'ayant jamais perdu un match de championnat d'Europe (sourire). Nous sommes toujours vivants dans la poule, mais nous étions si près de nous qualifier que nous sommes déçus."

Q: Abordez-vous le match contre l'Autriche comme une finale?

R: "Nous avons une chance supplémentaire, car nous jouerons en dernier, nous saurons s'il faut gagner ou si trois points (au total, NDLR) suffisent pour se qualifier (parmi les meilleurs troisièmes). Mais nous viserons toujours les trois points."

Propos recueillis en conférence de presse

eba/tba