NOUVELLES
18/06/2016 06:01 EDT | Actualisé 19/06/2017 01:12 EDT

Euro-2016 - Allemagne - Boateng, résistant et rayonnant

Visé par des propos à résonance raciste des populistes allemands avant l'Euro-2016, Jerome Boateng a apporté la meilleure des réponse en livrant deux grosses prestations avec la Mannschaft, au sein de laquelle il s'impose comme un leader.

"Les gens le trouvent bon comme footballeur. Mais ils ne veulent pas d'un Boateng comme voisin". Fin mai, Alexander Gauland, vice-président du parti populiste AfD (Alternative pour l'Allemagne) avait soulevé un tollé en s'attaquant au stoppeur international né à Berlin d'un père ghanéen et d'une mère allemande.

"Je ne peux qu'en sourire, c'est triste de tenir encore de tels propos aujourd'hui", avait alors commenté, avec la même sobriété qu'il affiche sur les terrains, celui qui a choisi le maillot de la Mannschaft, quand son demi-frère Kevin Prince Boateng choisissait le Ghana.

Pour enfoncer le clou, c'est sur le terrain qu'il a décidé de répondre. Déjà très solide contre l'Ukraine (2-0), sa prestation contre la Pologne, malgré le match nul (0-0), lui a valu d'être élu homme du match grâce à des statistiques impressionnantes.

Avec 73% de duels gagnés, il a muselé son redoutable coéquipier au Bayern, Robert Lewandowski et le talentueux Arkadiusz Milik, grâce à quelques interventions aussi décisives que propres dans la surface de réparation. Il a aussi gagné 24 ballons.

Mais Boateng est plus qu'un défenseur. "C'est un joueur de classe mondiale qui ne donne pas seulement défensivement une impulsion à l'équipe, mais aussi offensivement", s'est réjoui Joachim Löw en conférence de presse samedi.

- Aura -

La qualité de son jeu long, vertical ou pour réorienter le jeu d'une aile sur l'autre, en ont fait l'une des rampes de lancement préférées de la Mannschaft.

Contre la Pologne, il a réussi 87% de ses 64 passes, dont près de la moitié (31) ont été données vers l'avant et d'une longueur moyenne de 23 mètres.

Avec Mats Hummels, qui sera aussi à ses côtés en club la saison prochaine, ils forment l'une des meilleures charnières de cet Euro et son aura déborde maintenant du terrain.

Tout de suite après le match contre la Pologne, il s'est permis de clairement pointer du doigt la faiblesse offensive de son équipe.

"On n'a gagné aucun duel devant, on a manqué de mouvement, on joue bien jusqu'au dernier tiers du terrain, mais à partir de là, on n'arrive pas à éliminer l'adversaire et on n'est pas dangereux", avait-il commenté.

Un constat validé par Löw: "Il n'a fait que dire ce dont tout le monde pouvait se rendre compte. C'était une critique juste et pertinente".

"Jerome n'est pas que depuis deux matches un leader. Cela fait un moment", a rappelé Löw, estimant que "sa prestation en finale (de la Coupe du Monde 2014) était l'une des raisons de notre victoire".

- Fini les playmates -

"Ces deux dernières années, il s'est encore beaucoup développé. Au sein de l'équipe, il est très respecté et écouté. J'ai trouvé cela très bien qu'après le match, ils disent les choses aussi clairement", a conclu le sélectionneur.

C'est un signe de la nouvelle dimension prise par un joueur qui n'était pas toujours irréprochable sur le terrain - il a gommé ses sautes de concentrations - et en dehors.

En 2012, la veille du départ pour l'Euro en Pologne et en Ukraine, et tout jeune papa, il avait été photographié dans un hôtel en compagnie d'une très blonde et très - artificellement - pulpeuse ancienne modèle pour Playboy, Gina Lisa Lohfink.

Mais ce genre d'incartade semblent bien loin pour celui qui, en bon père de famille, a demandé à ses proches de ne pas venir en France pour éviter des déplacements fastidieux à ses deux petites filles, mais aussi par crainte des menaces terroristes.

Dans une équipe allemande orpheline de ses deux principaux leaders, Philipp Lahm, parti à la retraite en 2014, et Bastian Schweinsteiger blessé, Boateng est déjà considéré comme "capitaine officieux" de la Mannschaft par la presse. Il pourrait même bientôt porter le brassard. Un joli pied de nez à l'AfD.

hap/pgr/tba