DIVERTISSEMENT
18/06/2016 10:15 EDT

Gala ComediHa!: visite en territoire conquis pour Mike Ward

Alice Chiche

C'est en territoire conquis que Mike Ward et ses invités ont animé le gala du ComediHa! vendredi soir à Québec. Une salle pleine à craquer a assisté à un spectacle de près de trois heures, parfois inégal, au Grand Théâtre.

Mike Ward, en animateur principal, filait ses blagues et les présentations des humoristes avec brio malgré quelques égarements et un langage cru. Pour débuter le spectacle, il a donné le ton en glissant tout sourire: «c'est rendu stressant de faire de l'humour maintenant». Un fou rire a emporté la salle, le public se rappelant les dernières péripéties judiciaires de Mike Ward.

Et ce dernier n'en s'est pas caché et en a parlé à plusieurs reprises tout au long de la soirée. Avec beaucoup de subtilité, il a alterné des récits sur ses mises en demeure, les blagues avec ses avocats et la censure. Plusieurs fois dans la soirée, l'humoriste a également fait plusieurs blagues sur Radio-Canada, diffusant le spectacle, allant de «à V on dirait, "criss", c'est malade», à «ils couperont au montage». Pourtant, la personnalité de Ward est revenue rapidement avec une très grosse dose de blagues portées sur le sexe, sans aucune barrière de langage. Plus la soirée a filé, plus la langue de Ward s'est déliée . L'animateur de la soirée était à Québec en terrain déjà conquis, le public riant à pleine gorge à chaque blague.

Entre l'humour de Ward qui fait parfois grincer les dents, d'autres belles surprises ont fait briller la soirée. Pendant trois heures, onze humoristes ont présenté chacun un court sketch.

L'arrivée sur scène d'Alexandre Barette a déclenché un tonnerre d'applaudissement du public. L'humoriste a livré une tranche de vie bidonnante sur la «compétitivité» entre amis, un concours de saut sur trampolines au Village Valcartier comme des enfants.

La performance de batteries du duo Fils Monkey a également fait énormément rire la salle. Les deux hommes ont donné une performance humoristique alternant baguettes ordinaires, raquette de tennis à balle de tennis pour faire sortir les sons de leurs deux batteries placées l'un à côté de l'autre.

Martin Perizzolo a fait un sketch sur le fond de la conscience écologique avec pour cela des comparaisons comme les végétariens et les rapports sexuels, renforçant le rire du public déjà hilare.

En opposition avec les autres humoristes bien habillés pour l'occasion, Yannick De Martino, avec d'un coton ouaté sur le dos, a également conquis le public avec ses blagues légères sur la vie quotidienne.

Le dernier invité, Jean-François Mercier, a été très accueilli très chaleureusement par le public.

Avec beaucoup de subtilités, il s'est attaqué à la censure. Dès le départ, il a mis les deux pieds dans le plat en parlant du petit Jérémy pour introduire son sketch. Il a expliqué s'être mis en tête d'avoir la permission des gens avant de parler d'eux. «Je vais vous parler de moi, car je me suis donné la permission [...] et aussi de Mike Ward, il me l'a aussi donnée.» Le sujet de son sketch a donc touché à leurs débuts en humour avec un langage qui a dû être censuré lors de la diffusion télévisée.

Malgré le défilé d'invités de Ward avec un humour affûté et bien rodé, une fausse note a marqué le gala. Les quatre animateurs de l'émission de radio La soirée est encore jeune se sont prêtés à un sketch qui a fait un bide. Tentant de faire rire sur les visites à Québec, le public ne s'est pas prêté au jeu. Après leur passage, Mike Ward a déclaré d'un ton moqueur: «je vous avais dit que c'était leur première fois sur scène, j'ai oublié de mentionner que c'était aussi leur dernière».

Le gala de ComediHa! a cette année marqué un grand coup grâce à une telle brochette d'humoristes qui a conquis les spectateurs.