NOUVELLES
18/06/2016 18:01 EDT | Actualisé 19/06/2017 01:12 EDT

Cinq choses à savoir sur l'élection municipale à Rome

Cinq choses à savoir avant le second tour dimanche des municipales à Rome:

1. La situation est chaotique

La capitale italienne a accumulé une dette de plus de 12 milliards d'euros, 40% de ses rues sont défoncées et l'argent manque pour les réparer.

Les transports publics chaotiques, le ramassage aléatoire des ordures et le fort absentéisme parmi les quelque 60.000 employés directs et indirects de la ville exaspèrent les Romains.

2. Pourquoi en est-on arrivé là ?

Rome se remet à peine des révélations fin 2014 quant à l'existence d'un vaste réseau de corruption tissé par le crime organisé jusque dans les étages du Capitole, la mairie de Rome.

Des élus, chefs d'entreprise, fonctionnaires municipaux, sont actuellement jugés pour avoir détourné des millions d'euros en truquant nombre de marchés publics.

3. Démission du dernier maire

Rome est administrée par un commissaire extraordinaire, nommé par le gouvernement, depuis la démission d'Ignazio Marino en octobre.

Tombé pour une affaire de fausses notes de frais, Ignazio Marino a surtout payé le prix de son impopularité auprès des Romains, excédés par son inefficacité, ce qui lui a valu d'être lâché par son Parti démocrate (PD), dirigé par le chef du gouverment Matteo Renzi.

4. Du changement dans l'air

L'héritage Marino pèse sur le nouveau candidat du PD, Roberto Giachetti, qui a accusé au premier tour 10 points de retard sur Virginia Raggi, une avocate de 37 ans, candidate de l'inclassable Mouvement 5 étoiles (M5S).

Fondé en 2009 par le comique Beppe Grillo, 2e parti du pays depuis les législatives de 2013, le M5S espère remporter Rome pour renforcer sa crédibilité et ses chances de gouverner un jour toute l'Italie.

5. Une femme au Capitole ?

Depuis sa fondation il y a plus de 2.500 ans, la Ville éternelle a vu passer des rois, des consuls, des empereurs, des papes... mais n'a jamais été dirigée par une femme.

Si cela devait se produire, Rome rejoindrait d'autres grandes villes dans le monde ayant élu une femme à leur tête comme Paris, Madrid, Barcelone ou Le Cap.

am/ob/fcc/mf