NOUVELLES
17/06/2016 03:45 EDT | Actualisé 18/06/2017 01:12 EDT

Syrie: des raids ont visé des combattants soutenus par Washington (ONG)

Des frappes, imputées par Washington à l'aviation russe, ont visé en Syrie une réunion de combattants soutenus par les Etats-Unis et luttant contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI), a rapporté vendredi une ONG en faisant état de deux morts.

Jeudi, un responsable de la Défense américain a affirmé que des avions russes avaient mené des frappes contre des rebelles ayant reçu pour certains un soutien américain, près du poste frontière d'Al-Tanaf dans le sud de la Syrie, à la frontière irakienne.

"Des avions ont lancé deux frappes contre des combattants de la Nouvelle armée syrienne (NAS) à Tanaf" dans la grande province centrale de Homs qui s'étend jusqu'au sud du pays, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui s'appuie sur un large réseau de sources à travers la Syrie en guerre.

Mais l'ONG n'était pas en mesure de dire s'il s'agissait d'avions russes.

La NAS est un groupe rebelle, né en 2015 et formé de combattants originaires principalement de la province syrienne de Deir Ezzor (est), bastion de l'EI, mais aussi de celle de Homs.

Selon l'OSDH, elle compte 125 combattants non islamistes entraînés par les Américains et les Britanniques dans un camp de la coalition internationale en Jordanie et son objectif est de chasser l'EI notamment de Deir Ezzor.

"Une réunion entre combattants représentant la NAS et des tribus irakiennes (qui combattent l'EI en Irak au côté du gouvernement) a été visée", a indiqué l'OSDH, précisant qu'un combattant syrien et un autre irakien avaient été tués.

Le responsable de la Défense américain avait affirmé que les raids avaient fait des victimes sans fournir de bilan précis. Il a directement mis en cause Moscou, estimant que les bombardements soulevaient "de sérieuses inquiétudes sur les intentions russes" en Syrie.

Dans son bulletin quotidien jeudi soir, le ministère russe de la Défense n'a pas fait allusion à ces raids. Il a affirmé que Moscou "n'avait pas mené de raids contre des formations de l'opposition armée" engagées dans une trêve datant de février et violée à plusieurs reprises.

Il n'était pas possible de savoir s'il s'agissait d'une position générale de la Russie ou d'un démenti spécifique.

Les Etats-Unis soutiennent l'opposition qui cherche à renverser depuis cinq ans le régime de Bachar al-Assad, tandis que la Russie est le soutien indéfectible du pouvoir et l'aide militairement face aux rebelles et aux jihadistes.

Washington reproche à la Russie de chercher avant tout à consolider le régime, et de continuer à attaquer l'opposition dite modérée, alors que les deux pays sont d'accord pour lutter contre l'EI.

Une révolte pacifique contre le régime syrien en 2011 s'est transformée en une rébellion armée, avant que le conflit ne devienne plus complexe avec la montée en puissance des jihadistes de l'EI et de la branche d'Al-Qaïda et la multiplication des acteurs locaux, régionaux et internationaux.

Le conflit a fait plus de 280.000 morts et poussé à la fuite des millions de personnes.

bur-ram/sk/tp