NOUVELLES
16/06/2016 23:33 EDT | Actualisé 17/06/2017 01:12 EDT

Pérou: l'épouse du président sortant sous contrôle judiciaire pour blanchiment

L'épouse du président sortant du Pérou, le nationaliste de gauche Ollanta Humala, a été placée sous contrôle judiciaire jeudi soir avec interdiction de sortie de territoire pendant quatre mois, en raison de soupçons de blanchiment pour financer la campagne électorale de son mari.

Nadine Heredia est soupçonnée d'avoir perçu illégalement au moins 1,5 million de dollars du Venezuela et d'entreprises brésiliennes entre 2006 et 2011, année de l'élection à la présidence de Ollanta Humala. Il cédera sa place le 28 juillet à Pedro Pablo Kuczynski (centre droit), qui vient d'être élu de justesse contre Keiko Fujimori dont le père est en prison pour crime contre l'humanité.

Le juge a suivi la demande du procureur Germán Juárez qui accuse Nadine Heredia, sa mère Antonia Alarcon, son frère Ilan Heredia et son amie Rocío Calderón d'être "coauteurs d'un délit présumé de blanchiment" aux dépens de l'Etat péruvien.

Ce dernier a estimé qu'il existait "des éléments suffisants" pour ordonner "l'interdiction de sortie du territoire pendant quatre mois" et jugé possible le risque de fuite de Nadine Heredia "étant donné la fin proche du mandat de son mari".

Selon German Juárez, Nadine Heredia était à la tête d'une "organisation frauduleuse" qui a blanchi de l'argent, environ 1,5 million de dollars pour le compte du Parti nationaliste entre 2006 et 2011. Le ministère public cherche à déterminer l'origine des fonds qui ont financé la campagne d'Ollanta Humala.

Le procureur soupçonne des fonds versés illégalement par Hugo Chavez, président du Venezuela décédé en 2013, et par les entreprises de construction brésiliennes Odebrecht et OAS, s'appuyant sur un "collaborateur efficace". German Juarez a assuré avoir une lettre de Hugo Chavez, écrite à l'encre rouge, où il annonce l'envoi de deux millions de dollars.

Le juge s'appuie également sur des agendas de l'épouse du président où figurent des annotations sur des réunions avec des entreprises et des transferts de fonds.

L'avocat de Nadine Heredia, Eduardo Roy, a dénoncé des accusations fondées sur "des spéculations" et des affirmations qui ne sont pas prouvées.

Le parquet antiblanchiment a rouvert en 2015 une enquête sur le financement du Parti nationaliste d'Humala. Depuis 2006, l'opposition accuse le président et son entourage d'avoir reçu de l'argent du Vénézuela d'Hugo Chavez.

Humala a toujours nié tout type de financement occulte mais a reconnu avoir reçu légalement des dons de l'étranger.

ljc/mav/yow/ib/jh