NOUVELLES
17/06/2016 07:47 EDT | Actualisé 18/06/2017 01:12 EDT

N-B: Le plan d'installer une clinique de plasma payé soulève un débat

FREDERICTON — Une entreprise basée en Ontario qui paie des gens lorsqu'ils donnent du plasma sanguin se prépare à faire du Nouveau-Brunswick son prochain centre opérationnel après que la pratique eut été bannie dans sa province d'origine.

Canadian Plasma Ressources se cherche de nouveaux lieux pour ses cliniques dans les provinces de l'Atlantique et de l'Ouest, après qu'une loi adoptée en Ontario eut mené à la fermeture des deux qu'elle avait à Toronto.

Selon le chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick, David Coon, l'idée de commercialiser les organes ou fluides humains est répugnante.

Mais le ministre provincial de la Santé Victor Boudreau a dit qu'il accueillerait favorablement un tel établissement du moment qu'il respecte tous les règlements de Santé Canada.

Le président directeur-général de Canadian Plasma Ressources, Barzin Bahardoust, défend l'idée de payer 25 $ par don en soulignant que 80 pour cent du plasma utilisé de par le monde provient de donateurs qui ont été payés.

Françoise Baylis, une professeure de bioéthique de l'Université Dalhousie à Halifax, affirme que plusieurs personnes militent pour du sang et du plasma qui proviennent uniquement de volontaires, incluant l'Organisation mondiale de la santé (OMS).