NOUVELLES
16/06/2016 23:28 EDT | Actualisé 17/06/2017 01:12 EDT

Le projet de rebaptiser le parc Vimy au nom de Jacques Parizeau dérange

Le projet de l'arrondissement Outremont, à Montréal, de rendre hommage à l'ancien premier ministre Jacques Parizeau en renommant le parc Vimy à son nom a été grandement critiqué comme manquant de respect à la mémoire militaire canadienne.

Le comité exécutif de la Ville a adopté mercredi une résolution pour que le parc nommé en l'honneur de la bataille de Vimy, dans Outremont, soit rebaptisé « parc Jacques Parizeau », en mémoire du défunt politicien qui a mené le camp du Oui près de la victoire au référendum de 1995 sur la souveraineté du Québec.

L'ancien chef par intérim du Parti libéral du Canada, Bob Rae, est parmi les multiples détracteurs à avoir dénoncé sur Twitter une telle décision, la qualifiant d'insulte.

La résolution adoptée mentionnait que Jacques Parizeau a vécu près de ce parc pendant une grande partie de sa vie et que ses funérailles ont eu lieu dans l'arrondissement d'Outremont.

L'ancien premier ministre du Québec est mort l'an dernier à l'âge de 84 ans.

Le directeur général de la Fondation Vimy, Jeremy Diamond, s'est dit surpris et déçu en apprenant la décision de la Ville, et plus particulièrement alors que se tiendront, dans un mois, les commémorations qui marqueront le 100e anniversaire de la bataille de Vimy.

Le maire de Montréal Denis Coderre a dit que le parc sera renommé « en honneur à notre premier ministre qui a été un grand économiste et un pilier de la Révolution tranquille », lorsqu'il en a fait l'annonce.

« Nous avons l'impression que d'autres endroits à Montréal peuvent rendre hommage et témoigner de l'impact de M. Parizeau sur l'histoire du Québec et du Canada », a dit Jeremy Diamond.

La bataille de la crête de Vimy en France, en 1917, s'est conclue par la réussite de la prise par quatre divisions canadiennes de la position sous le contrôle des Allemands.

Le directeur général de la Fondation Vimy évoque l'épisode comme un moment déterminant de l'histoire militaire canadienne. « Il y a un grand symbolisme (à cette bataille) puisque nous étions entrés en guerre en tant que sujets britanniques, mais nous en sommes ressortis en tant que Canadiens », dit-il.