NOUVELLES
17/06/2016 07:45 EDT | Actualisé 18/06/2017 01:12 EDT

Le crash de l'avion d'EgyptAir: un mois de recherches et d'interrogations

L'Airbus A320 d'EgyptAir, dont la seconde boîte noire a été récupérée vendredi, s'est abîmé en mer Méditerranée le 19 mai avec 66 personnes à son bord.

Les deux enregistreurs de vol doivent être transférés au Caire, où les Egyptiens, épaulés par les experts français du Bureau d'Enquêtes et d'Analyses (BEA) et du constructeur européen Airbus, vont analyser leurs données. Un processus qui pourrait durer "plusieurs semaines", a mis en garde la commission d'enquête égyptienne.

--MAI--

- 19: EgyptAir annonce dans la nuit que le vol MS804 d'un Airbus A320, parti la veille de Paris-Roissy à destination du Caire a disparu des radars. Soixante-six personnes, dont quarante Egyptiens et 15 Français se trouvaient à bord du vol.

L'aviation civile grecque annonce que l'A320 s'est écrasé au large de Karpathos, une île située entre Rhodes et la Crète, alors qu'il se trouvait déjà dans l'espace aérien égyptien.

Le ministre égyptien de l'aviation civile estime que l'hypothèse d'une "attaque terroriste" est "plus probable" que celle d'une défaillance technique.

Le président français François Hollande indique qu'"aucune hypothèse n'est écartée" pour expliquer le crash, qu'il s'agisse d'un "accident" ou d'un acte "terroriste".

- 20: Les premiers débris de l'Airbus sont découverts à 290 km au nord d'Alexandrie par les avions et navires déployés par l'armée égyptienne.

A Paris, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault déclare que "toutes les hypothèses sont examinées mais aucune n'est privilégiée, car nous n'avons absolument aucune indication sur les causes".

- 20: Des médias américains annoncent que le système automatisé de communications de l'appareil (Acars) avait émis juste avant sa chute plusieurs alertes. Une première signalait une fumée d'origine indéterminée à l'avant de la cabine, suivie d'une autre faisant état d'une défaillance de l'ordinateur gérant les commandes de vol.

Ces révélations relancent les spéculations sur les causes du crash, le gouvernement égyptien et les experts semblant privilégier jusque là la thèse de l'attentat.

- 22: "Toutes les hypothèses sont possibles" et aucune n'est privilégiée pour expliquer le crash, déclare le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi.

--JUIN--

- 1er: Un bâtiment de la Marine française, le Laplace, arrivé la veille sur la zone du crash pour participer aux recherches, détecte le signal d'une des boîtes noires entre la Crète et la côte nord de l'Egypte, selon le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) français.

- 9: Le "John Lethbridge", un navire équipé d'un robot sous-marin capable de localiser et récupérer à grande profondeur les boîtes noires, arrive dans le port d'Alexandrie, dans le nord de l'Egypte, selon le ministère égyptien de l'Aviation civile.

- 15: La commission d'enquête égyptienne annonce la localisation par le "John Lethbridge" de débris de la carlingue de l'avion sur "plusieurs sites principaux".

- 16: La boîte noire du cockpit a été "récupérée", annonce la commission d'enquête égyptienne dans un communiqué.

- 17: La seconde boîte noire, le Flight Data Recorder (FDR), qui enregistre tous les paramètres de vol, est repêchée.

Les deux boîtes noires ont été retrouvées "en morceaux" mais, dans les deux cas, les équipes de recherches ont pu récupérer "la partie la plus importante de l'enregistreur, qui contient la mémoire de l'appareil", selon la commission d'enquête.

acm/kd/tgg/nbz

AIRBUS GROUP