NOUVELLES
17/06/2016 08:56 EDT | Actualisé 18/06/2017 01:12 EDT

Le Brésil identifie un compte en portugais de l'EI sur une application de messagerie

Les services de renseignements brésiliens ont détecté des messages en portugais concernant le groupe Etat islamique (EI) dans une application de messagerie instantanée, à moins de deux mois du début des Jeux Olympiques Rio-2016.

"L'Agence brésilienne d'intelligence (Abin) confirme l'existence d'un groupe [sur une application de messages Telegram] et sa forme d'action; des contenus en lien avec des idéologies extrémistes sont traduits en portugais et reproduits dans cette application de messages instantanés", affirme le communiqué.

C'est le SITE Intelligence Group, une ONG spécialisée dans la surveillance des sites islamistes, qui a donné l'alerte en premier, prévenant que "des personnes liées à l'Etat islamique diffusaient en portugais des messages de l'EI".

Telegram, application concurrente de Whatsapp et d'origine russe, est largement utilisée par des groupes extrémistes en raison de son haut niveau de confidentialité.

"L'ouverture de ce nouveau front de diffusion d'informations d'endoctrinement extrémiste, adressé au public de langue portugaise (...) représente une facilité supplémentaire pour la radicalisation de citoyens brésiliens", a indiqué l'Abin vendredi.

Le Brésil n'a jamais eu à déplorer d'acte de terrorisme sur son sol mais, avec la récente vague d'attentats jihadistes dans le monde, le risque terroriste est devenu le principal pour les JO qui se dérouleront du 5 au 21 août à Rio.

La menace était montée d'un cran lorsque, trois jours après les attentats de novembre qui ont fait 130 morts à Paris et Saint-Denis, le Français Maxime Hauchard, considéré comme l'un des bourreaux de l'EI, a tweeté cette menace, ensuite effacée: "Brésil, vous êtes notre prochaine cible".

Les autorités brésiliennes ont l'intention de reproduire pour les JO le modèle éprouvé avec succès au Mondial-2014 de football.

Quelque 85.000 membres des forces de sécurité -47.000 policiers et 38.000 militaires- seront mobilisés pour assurer la sécurité des 10.500 athlètes et des officiels, journalistes et 500.000 touristes du monde entier attendus à Rio pour les Jeux. C'est le double qu'à ceux de Londres en 2012.

dw/cdo/ybl/jl