NOUVELLES
17/06/2016 07:43 EDT | Actualisé 18/06/2017 01:12 EDT

La lutte : amateur ou professionnelle?

BILLET - Lorsque je dis aux gens que je pratique la lutte, ils pensent tout de suite que je fais de la lutte professionnelle. C'est un réflexe. En même temps, je ne peux pas trop leur en vouloir, car c'est pas mal le seul genre de lutte qui est présenté à la télévision.

Un texte de Dorothy Yeats

D'ailleurs est-ce vraiment un sport? Je crois que c'est plus un spectacle. Je m'interroge à savoir pourquoi c'est nous qui sommes considérés comme des « lutteurs amateurs » et eux des « lutteurs professionnels ». Ça n'a pas trop de sens à mes yeux.

Comme vous pouvez le constater, je ne suis pas une très grande amatrice de lutte professionnelle. Certes, il faut être gymnaste et acrobate pour pratiquer ce genre-là, mais je ne pense pas que ça prenne tant de talent. Ce n'est pas un combat, du moins pas comme nous l'entendons, nous, les lutteurs olympiques.

Les objectifs de nos face à face ne sont pas les mêmes. En lutte professionnelle, tu peux t'en tirer en connaissant quelques techniques de lancement, mais je crois surtout qu'il faut être bon acteur! Et les prises qu'ils tentent ne sont même pas de choses qui pourraient fonctionner en lutte olympique. En fait, si jamais dans la rue vous combattez pour votre vie, n'essayez pas de vous défendre avec des techniques de lutte professionnelle. C'est sûr que ça ne fonctionnera pas!

De notre côté, il y a beaucoup plus de stress pour gagner. Nous commençons le combat sur nos pieds et nous tentons de mettre notre adversaire sur le tapis en utilisant des techniques. On prend leurs jambes ou on tente de les projeter. On ne fait pas de prise ni d'étranglement. Notre objectif n'est pas de faire mal non plus.

Les lutteurs professionnels ont aussi tous de drôles de noms. Cela montre que c'est vraiment un spectacle jusqu'au bout! Si j'étais une lutteuse professionnelle, quel nom pourrais-je avoir? Dori Yeats, olympienne, ça fait peur, non?

(Avec la collaboration de Sportcom)