NOUVELLES
17/06/2016 11:56 EDT | Actualisé 18/06/2017 01:12 EDT

L'athlétisme russe banni à Rio: une décision saluée sur la planète sport

De nombreuses voix canadiennes saluent le maintien de la suspension de la Fédération russe d'athlétisme et son exclusion des Jeux olympiques de Rio en raison d'un scandale de dopage organisé. La décision prise vendredi par la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) reçoit d'ailleurs un accueil favorable partout sur la planète sport.

L'ancienne fondeuse Beckie Scott, membre du comité d'athlètes de l'Agence mondiale antidopage (AMA), parle d'une « journée monumentale » dans le monde du sport. L'IAAF se range du côté « des athlètes propres, d'un sport propre » et de « l'intégrité », dit-elle.

L'Albertaine rappelle que les Jeux olympiques doivent rester un lieu « honnête » pour la compétition et que la décision de l'IAAF ne représente « qu'un pas » en ce sens pour ceux de Rio.

Beckie Scott se sent personnellement interpellée par la lutte contre le dopage, qui l'a privée de son moment de gloire aux Jeux. Elle a fini 3e en poursuite à Salt Lake City en 2002, derrière deux athlètes russes dopées, Olga Danilova et Larissa Lazutina, et n'a reçu sa médaille d'or qu'en 2004.

L'ancien président de l'AMA, Richard Pound, dont le rapport a mené à la suspension de la Russie, se range aussi du côté de l'AMA et voit peu de raisons de lever la suspension de la fédération russe d'athlétisme

« Si vous êtes convaincu que c'est un système organisé par l'État, vos athlètes doivent en payer le prix », a-t-il déclaré.

« Le code mondial antidopage a été mis en place pour protéger les athlètes propres et leur donner un environnement de sport juste et sécuritaire », a pour sa part indiqué par communiqué la présidente du Comité olympique canadien (COC), Tricia Smith.

« Les athlètes qui violent ce code et les nations qui créent du dopage systémique doivent être sanctionnés pour leurs actions », ajoute-t-elle.

L'AMA satisfaite

L'Agence mondiale antidopage s'est sans surprise réjouie de la décision de l'IAAF. « L'Agence mondiale antidopage soutient la décision du conseil de l'IAAF de maintenir cette suspension », a déclaré par communiqué son président, Craig Reedie.

« L'Agence applaudit le résultat du processus qu'a suivi l'IAAF en désignant une commission pour évaluer les efforts de la Fédération russe », en matière de lutte antidopage, ajoute-t-il.

« Le signal le plus clair envers les valeurs du sport »

Le président de l'Association européenne d'athlétisme, Svein Arne Hansen, a aussi partagé son enthousiasme par rapport à la décision de l'IAAF, qu'il a entérinée comme l'un des 24 membres votants de son conseil.

« Il serait injuste de ne pas reconnaître les efforts de la Fédération russe et d'autres organisations sportives en Russie pour améliorer leurs pratiques dans la lutte antidopage, a cependant tempéré Svein Arne Hansen. Mais la Task Force (la commission de l'IAAF qui supervise les efforts de la Russie dans l'antidopage) n'a laissé aucun doute sur le fait que beaucoup plus pouvait être fait. »

M. Hansen a aussi profité de l'occasion pour rappeler que le problème du dopage dépasse largement « la seule Russie ou l'athlétisme ».