NOUVELLES
17/06/2016 10:19 EDT | Actualisé 18/06/2017 01:12 EDT

Irak: la bataille de Fallouja en trois points-clés

La reprise, vendredi, par les forces irakiennes, du QG du gouvernement à Fallouja, marque une étape importante dans l'offensive des forces gouvernementales et de leurs alliés pour reconquérir cette ville à 50 kilomètres de Bagdad.

Fallouja avait été la première ville d'Irak conquise par le groupe Etat Islamique (EI) en janvier 2014.

- Près de 70% de la ville reprise -

Le 4 janvier 2014, l'EI s'empare de Fallouja, dans la province sunnite d'Al-Anbar, à seulement 50 km à l'ouest de Bagdad, ainsi que d'une partie de la capitale régionale Ramadi, frontalière de la Syrie pays où sont également implantés les jihadistes. Fallouja avait été le principal bastion anti-américain après l'invasion de 2003.

La contre-offensive pour reprendre Fallouja est lancée le 23 mai 2016. Les forces irakiennes sont soutenues par la coalition internationale antijihadistes dirigée par les Etats-Unis.

Conduites par l'unité d'élite du contre-terrorisme (CTS), les troupes irakiennes entrent le 30 mai dans Fallouja.

Assiégé, l'EI oppose une forte résistance. La progression des forces progouvernementales est ralentie par le grand nombre d'engins piégés disséminés par les jihadistes.

Parallèlement, les soldats et les policiers, appuyés par les forces paramilitaires du Hachd al-Chaabi dominées par les milices chiites, reprennent la localité de Saqlawiya, à environ 10 km au nord-ouest de Fallouja.

Le 8 juin, les forces irakiennes s'emparent de Chouhada al-Thania, le plus grand des quartiers du sud de Fallouja.

Le 17 juin les forces irakiennes entrent dans le centre de Fallouja où elles reprennent le QG du gouvernement jusque là tenu par l'EI. Les troupes irakiennes contrôlent désormais près de 70% de la ville, a déclaré vendredi à l'AFP le général Abdelwahab al-Saadi, le commandant de l'offensive.

Quelques heures plus tard le Premier ministre irakien Haider al-Abadi indique que les jihadistes ne contrôlent plus "qu'une petite part" de Fallouja.

- Une population prise au piège -

Selon l'Organisation internationale pour les migrations, au moins 48.000 personnes ont fui leurs maisons depuis le début de l'offensive des forces irakiennes. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) estimait vendredi que 30.000 à 40.000 civils sont encore sur place. Certains seraient utilisés comme des boucliers humains par l'EI.

L'état de santé des adultes et des enfants déplacés est précaire, a souligné vendredi le Dr Ala Alwan, responsable de la région Méditerranée orientale de l'OMS.

Cette dernière vague de déplacements porte à 3,3 millions le nombre d'Irakiens ayant dû fuir leur foyer depuis début 2014, année durant laquelle l'EI s'est emparé de vastes zones au nord et à l'ouest de Bagdad.

- Les combats autour d'autres villes -

A ce jour, les forces irakiennes ont repris à l'EI les villes clés de Tikrit, Ramadi, Baïji et sa raffinerie et Sinjar.

Le 24 mars 2016, l'armée, soutenue par des milices principalement chiites, a lancé une offensive dans la province de Ninive (nord) où est située Mossoul, deuxième ville d'Irak et principal fief de l'EI dans ce pays.

Cinq mois après la prise de Fallouja, les jihadistes avaient pris Mossoul à la faveur d'une offensive-éclair, puis y avaient proclamé un "califat", le 29 juin 2014.

kd/vdr/iw