NOUVELLES
17/06/2016 09:57 EDT | Actualisé 18/06/2017 01:12 EDT

GP d'Europe - Premiers contact difficiles entre la F1 et Bakou

Pneus lacérés, camion garé dans un dégagement, commissaires indécis: alors que les pilotes découvraient vendredi avec plus ou moins de dégâts les pièges du nouveau circuit urbain de Bakou, les organisateurs de ce Grand Prix d'Europe en Azerbaïdjan ont été confrontés au degré d'exigence imposé par la F1.

"On a discuté de différents éléments... mais de manière générale, tout le monde est assez content", a déclaré Romain Grosjean (Haas) d'un air entendu en sortant du briefing des pilotes dans la soirée.

Après une première séance d'essais libres le matin au cours de laquelle Daniel Ricciardo a détruit l'arrière droit de sa Red Bull en la frottant contre le rail à la sortie du piégeux virage 15, la 2e séance a bien failli démarrer avec du retard.

Car les qualifications de GP2 prévues juste avant ont été reprogrammées après la seconde sortie des F1... en raison de vibreurs coupants!

Plusieurs pilotes de F1 ont en effet déploré des lacérations dans leurs pneus, dues à des vibreurs mal fixés.

Le designer de la piste Hermann Tilke a expliqué que le problème venait vraisemblablement des vis servant à fixer ces vibreurs au sol.

- Un camion dans l'échappatoire -

Après intervention des commissaires de piste pour en souder certaines, les F1 ont bien été lancées à l'heure. Mais la direction de course a demandé aux pilotes de ne pas passer sur le vibreur de sortie du virage 6.

Les incidents avaient même commencé dès le baptême de la piste par les GP2, premières monoplaces à s'élancer vendredi.

Le Britannique Jordan King a ainsi emprunté, comme beaucoup de pilotes le feront ensuite, l'échappatoire du virage 16... où il a dû éviter un camion! Mauvaise image pour les organisateurs car elle rappelle immanquablement le choc avec une grue qui a été fatal à Jules Bianchi lors du GP du Japon-2014.

Ensuite, lors de l'accident de Ricciardo, les commissaires se sont montrés plutôt indécis face à la situation: il a fallu interrompre la séance pendant 11 longues minutes pour leur permettre d'enlever les quelques débris et la Red Bull.

Dès jeudi, avant même d'avoir roulé, des pilotes avaient souligné des motifs de crainte en matière de sécurité comme un manque de dégagement dans certains virages ou une entrée au stand dangereuse dans la ligne droite où les bolides sont lancés à plus de 340 km/h.

"Au virage 7, il y a trois rangs de Tecpro (des barrières qui absorbent les chocs, NDLR) et juste derrière un mur en béton, déplorait Jenson Button (McLaren). On ne peut pas faire grand-chose, il y a un immeuble derrière. C'est dommage."

- 'C'est assez Monacoesque' -

La séance d'essais libres de l'après-midi s'est finalement déroulée sans problème et les pilotes ont globalement apprécié ce nouveau tracé même s'il était logiquement glissant pour cette journée inaugurative. Les chronos sont nettement tombés par rapport à la séance matinale, les Mercedes se montrant largement au-dessus du lot.

Notamment Lewis Hamilton qui a devancé son coéquipier Nico Rosberg de 690/1000e. L'Allemand a été obligé, il est vrai, d'abandonner sa voiture en pleine piste à 20 minutes de la fin de la séance pour un problème de transmission.

"C'est assez Monacoesque en termes de freinage et de proximité avec les rails, sauf que vous arrivez beaucoup plus vite", s'est réjoui Hamilton qui a assuré ne pas avoir reconnu le circuit à pied -"ça ne fait aucune différence"- ni l'avoir travaillé sérieusement au simulateur.

Rosberg, lui, a trouvé le circuit "plutôt sympa" malgré son pépin mécanique dont les raisons étaient "encore à l'étude" en début de soirée.

Chez Ferrari aussi on a aimé ce nouveau tracé "amusant" mais, a souligné Vettel, "difficile avec ces longues lignes droites qui aboutissent à de gros freinages".

Grosjean a avoué avoir "transpiré un peu" lors de freinages tardifs, mais il a apprécié les changements de rythme proposés par le tracé, "intéressants pour le pilotage mais pas simples pour les réglages".

Il reste, pour se décider, une séance d'essais libres samedi matin avant les qualifications à 17h00 (15h00 françaises).

ig/dmk/sk