NOUVELLES
17/06/2016 09:00 EDT | Actualisé 18/06/2017 01:12 EDT

Euro-2016: 3 supporters niçois écroués en attendant leur procès le 13 juillet

Trois supporters niçois récidivistes, soupçonnés d'avoir organisé et pris part à une bagarre contre des supporters nord-irlandais samedi dernier à Nice (sud) en marge de l'Euro-2016, ont été écroués vendredi en attendant leur procès reporté au 13 juillet, a-t-on appris auprès d'avocats.

Un quatrième supporter a été placé sous contrôle judiciaire.

Les quatre hommes, en comparution immédiate vendredi après-midi devant le tribunal correctionnel de Nice, sont membres ou proches des "ultras de la Populaire Sud" (le principal groupe de supporters niçois).

Leurs avocats ont obtenu un report du procès, mais n'ont pas pu éviter l'incarcération provisoire -demandée par le parquet- pour trois d'entre eux, qui avaient des casiers judiciaires comportant notamment des interdictions de stade. La décision est intervenue quelques heures avant une autre rencontre de l'Euro-2016 à Nice entre l'Espagne et la Turquie (19h00 GMT).

"Le tribunal ne disposait que de photos du film des événements. Or, quand on voit le film, on voit que ce sont des supporters nord-irlandais qui ont déclenché la bataille", affirme Me Patrick Bérard, avocat de l'un des prévenus écroués, âgé de 26 ans. "Comme par hasard, le procès se déroulera juste après l'Euro", note-t-il.

Le tribunal correctionnel de Nice a estimé qu'il pouvait y avoir un risque de réitération de violence durant l'Euro-2016, qui se termine le 10 juillet, a-t-il précisé.

Me Dominique d'Ortoli, avocat d'un autre supporter incarcéré provisoirement, âgé de 23 ans, a pour sa part minimisé les événements de samedi dernier: "C'est une simple bagarre".

Un cinquième Niçois, blessé au visage après avoir reçu une bouteille, n'a pas encore pu être placé en garde à vue.

Les Niçois sont sous le coup de deux chefs d'accusation qui peuvent leur valoir cinq ans de prison: violences volontaires commises en réunion et participation à un groupe constitué en vue de commettre des violences. Ce dernier chef implique une préméditation, qui est contestée par leurs avocats.

Samedi vers 21h00 GMT, une bagarre avait éclaté devant un pub irlandais du centre-ville de Nice où étaient rassemblés plusieurs centaines d'Irlandais, à la veille du match Irlande du Nord-Pologne joué dans le stade de la ville. Neuf personnes avaient été blessées au cours d'une bataille de moins de trois minutes, vite arrêtée par les forces de l'ordre.

Environ 20 à 30 "ultras" niçois avaient participé à la bagarre et une enquête avait été ouverte par le parquet de Nice pour identifier les auteurs des violences.

cm/apo/tba/adc