NOUVELLES
17/06/2016 11:23 EDT | Actualisé 18/06/2017 01:12 EDT

Consultation publique de 75 jours pour autoriser le boeuf haché irradié

OTTAWA — Santé Canada propose des changements à la réglementation des aliments afin de permettre la vente de boeuf haché irradié.

Une consultation publique est lancée cette semaine et prendra fin le 1er septembre, avant que le règlement ne soit changé.

Au cours d'un breffage technique, vendredi, les fonctionnaires de Santé Canada ont assuré que le procédé était sans danger et ont rappelé qu'il était déjà permis pour les pommes de terre, les oignons, le blé, la farine et les épices.

L'autorisation d'irradier le boeuf viserait le boeuf haché frais et congelé.

L'irradiation consiste à exposer les aliments à un niveau contrôlé d'«énergie ionisante» — rayons gamma, rayons X ou faisceaux d'électrons. L'énergie ionisante pénètre dans les aliments pour tuer les micro-organismes sans élever de façon importante la température des aliments.

«Ce procédé favorise la salubrité des aliments de plusieurs façons», de l'avis de Luc Pelletier, du Bureau d'innocuité des produits chimiques, à Santé Canada. M. Pelletier affirme que l'irradiation prévient la propagation de plusieurs bactéries dont l'E. coli.

«De plus, (ce procédé) permet de réduire la détérioration prématurée et augmente la durée de conservation des aliments», affirme M. Pelletier. 

L'Association canadienne des éleveurs de bétail avait déposé une première demande pour irradier la viande hachée, en 1998. Santé Canada avait proposé en 2002 de permettre la vente de boeuf haché irradié, mais selon son site Internet, ce feu vert n'avait jamais été accordé à cause des réactions négatives.

Selon le ministère fédéral, des études et analyses approfondies démontrent que les aliments irradiés ne présentent aucun danger pour la santé.

Les détracteurs de l'irradiation soutiennent qu'elle produit des composés toxiques comme le benzène, qu'elle réduit la valeur nutritionnelle des aliments et qu'elle en altère même le goût.

Il n'en est rien, assure M. Pelletier. «Le boeuf haché irradié conformément aux conditions proposées conserve sa valeur nutritive, de même que sa texture, son apparence et son goût habituel.»

Le boeuf haché, s'il est irradié, sera étiqueté comme tel.

Les Canadiens ordinaires et les représentants de l'industrie sont invités à commenter, dans les 75 prochains jours, les règlements publiés samedi dans la Gazette du Canada.