BIEN-ÊTRE
15/06/2016 03:05 EDT | Actualisé 15/06/2016 03:05 EDT

Paul Bocuse célèbre les 50 ans de ses trois étoiles Michelin

PHILIPPE MERLE via Getty Images
French Chef Paul Bocuse (C) and his son Jérôme (R) attend the 13th edition of the world final of the international culinary competition of the Bocuse d'Or (Golden Bocuse), on January 25, 2011 in Lyon, central eastern France. AFP PHOTO / PHILIPPE MERLE (Photo credit should read PHILIPPE MERLE/AFP/Getty Images)

Pour l’inauguration du vol direct d’Air Canada Montréal-Lyon, Christophe Muller, le chef exécutif de Paul Bocuse, figure emblématique de la cuisine lyonnaise, était de passage à l’hôtel Sofitel à Montréal pour célébrer du même coup les 50 ans des trois étoiles Michelin de Paul Bocuse.

C’est dans la même maison, où se trouve le restaurant triple étoilé, Collonges-au-Mont-d’Or que Paul Bocuse est né le 11 février 1926. Issu d’une famille de cuisiniers depuis plusieurs générations, sa grande carrière en cuisine a débuté en 1941, en tant qu’apprenti cuisinier chez Claude Maret au Restaurant de la Soierie à Lyon. Il obtient sa première étoile Michelin en 1958, année de la mort de son père, Georges Bocuse. Trois ans plus tard, il obtient son titre de Meilleur Ouvrier de France, sa deuxième étoile Michelin l’année suivante et sa troisième étoile en 1965, qu’il n’a jamais perdue depuis. Par-dessus tout, il n’a jamais cessé d’accumuler les honneurs : décoré Chevalier de la Légion d’honneur en 1975 par le président français de l’époque Valéry Giscard d’Estaing, élu cuisinier du siècle par le guide Gault-et-Millau en 1989, Officier du Mérite national en 1993… Bref, le « pape » de la gastronomie est une légende depuis longtemps.

De passage à l’émission Bien dans son assiette à Ici Radio-Canada Première, le chef exécutif du Collonges-au-Mont-d’Or, Christophe Muller racontait que plusieurs clients reviennent chaque année manger exactement le même repas. « Notre record, c’est ce couple qui revient tous les ans manger le repas servi lors de leur mariage, il y a 56 ans. » Lorsqu’il raconte le moment où Paul Bocuse l’a nommé chef exécutif, il lui a rappelé une chose : « Perds pas ta main. » Manifestement, Christophe Muller l’a gardé d’une main de fer. Et sa définition d’un chef est claire. « Est-ce qu’un chef est aux passes à signer des autographes et à parler dans un micro ? Ou est-ce qu’il est en train de fabriquer, de cuisiner. Pour moi, si on ne cuisine plus, le côté artisan n’est plus là. Souvent quand on va dans un restaurant, le chef n’est pas là. Alors, on mange chez qui? On mange chez le chef ou chez les commis du chef? Pour moi c’est important de montrer, de donner le tempo. Comme dit Monsieur Paul, le chef, c’est le chef d’orchestre. Pour moi, c’est ça un chef de cuisine. »

Si un diner gastronomique au restaurant Collonges-au-Mont-d’Or est hors de votre budget lors de votre prochain séjour à Lyon, le Groupe Bocuse tient aussi 5 brasseries et 4 restaurants à service rapide à Lyon. Il faut aussi visiter les Halles de Lyon - Paul Bocuse. Ce marché couvert est griffé Paul Bocuse depuis 1971, bien qu’il ait été construit en 1859. Nous y retrouvons tous les classiques de la cuisine lyonnaise et les meilleurs produits de la région. C’est d’ailleurs pourquoi ce marché est surnommé, le « ventre de Lyon ».

Reconnue comme la capitale mondiale de la gastronomie, Lyon accueillera en 2018 la Cité internationale de la gastronomie qui mettra à l'honneur les plaisirs de la table, la santé, le bien-être et l'art de vivre. Entretemps, Lyon sera la ville vedette au prochain festival Montréal en lumière. De quoi vous mettre en appétit avant de prendre votre envol vers Lyon.

À voir également:

Galerie photo Les 10 meilleurs restaurants au monde, selon «50 Best» Voyez les images