BIEN-ÊTRE
15/06/2016 03:30 EDT | Actualisé 15/06/2016 03:45 EDT

Une mère partage les photos de sa fille atteinte de méningocoque de sérogroupe B pour sensibiliser la population

Une maman australienne a choisi de rendre publiques les photos de sa fille atteinte du méningocoque de sérogroupe B pour sensibiliser la population à l'importance des vaccins.

Sarah Parkyn a raconté sa détresse lorsque les médecins lui ont annoncé que le petit bleu qu'elle avait remarqué sur la poitrine de sa fille de quatre ans était en fait une infection potentiellement mortelle, qui peut causer la méningite et la septicémie.

meningocoque serogroupe b


La petite Jazmyn a dû être hospitalisée pendant un mois, en plus de subir 15 greffes de peau pour retirer les tissus morts causés par la maladie.

Elle avait pourtant reçu tous les vaccins recommandés.

En Australie, comme dans plusieurs pays du monde, le vaccin pour ce type de méningocoque n'est disponible que dans les cliniques privées. Ses parents souhaitent maintenant que le vaccin contre le méningocoque de sérogroupe B soit ajouté au calendrier des immunisations.

Au Québec, ce vaccin est recommandé aux personnes qui ont un risque plus élevé d’infection grave à méningocoque. Le vaccin contre le méningocoque de sérogroupe C est, quant à lui, recommandé aux enfants à l'âge de trois ans et au moment où ils entrent en 3e année du secondaire.

Des symptômes à connaître

Les infections à la méningocoque peuvent être très sérieuses. «Cette infection peut causer la mort, nécessiter des amputations ou provoquer une scarification importante. Ne devrait-on pas l'ajouter au calendrier des immunisations?» se demande la maman de Jazmyn.

Auparavant en parfaite santé, la fillette s'est réveillée avec une fièvre pendant la nuit en août 2015. Comme plusieurs membres de la famille avaient eu une grippe cette semaine-là, Sarah Parkyn ne s'est pas trop inquiétée.

Mais le lendemain matin, la fillette était léthargique. Lorsque sa mère a voulu la prendre dans ses bras, elle s'est mise à crier de douleur.

«Elle ne pouvait pas tolérer que quelque chose touche à ses jambes. Elle criait sans arrêt, a raconté la mère. J'ai remarqué quelques marques sur ses jambes, qui ressemblaient à des boutons de chaleur.»

Elle a donc amené sa fille chez le médecin, qui a remarqué une petite contusion ressemblant à un bleu sur sa poitrine. Immédiatement, il a envoyé la famille Parkyn a l'hôpital.

meningocoque


On lui a alors administré des fluides pour tenter de faire baisser sa fièvre de 40 degrés Celsius. Quelques heures plus tard, elle s'est mise à avoir des convulsions terrifiantes.

Les médecins lui ont diagnostiqué une infection à la méningocoque de sérogroupe B, et l'ont transférée à l'hôpital pour enfants d'Adélaïde.

En quelques heures, des taches sombres sont apparues un peu partout sur son corps.

meningocoque


«Le matin où nous sommes arrivés à Adélaïde, Jazmyn avait une seule tache minuscule sur sa poitrine. Mais à 10 heures ce soir-là, elle en était recouverte» s'est remémoré la mère.

Lentement, les médicaments ont commencé à faire effet. Mais la fillette n'était pas encore hors de danger. Une infirmière a expliqué à ses parents que cette maladie cause parfois de mauvaises surprises.

Heureusement, la maladie n'a causé aucun dommage important aux organes de Jazmyn, et elle a pu quitter l'unité de soins intensifs.

Elle est demeurée hospitalisée pendant quatre semaines. Elle a dû subir 15 greffes de peau, au cours desquelles des tissus sains ont été prélevés sur ses cuisses pour couvrir les zébrures de tissus morts laissés par la maladie.

La petite s'est maintenant remise. Elle continue de visiter l'hôpital régulièrement pour soigner ses cicatrices et s'assurer que la guérison de ses jambes se passe bien.

Ses parents tentent maintenant de convaincre le Parlement australien de rendre plus accessible le vaccin contre le méningocoque de sérogroupe B. Ils rendent compte de leurs progrès sur la page Facebook Jazmyn's meningococcal b journey.

Cet article initialement publié sur le Huffington Post UK a été adapté de l'anglais.

VOIR AUSSI:

Ces photos d'enfants victimes de maladies rares montrent qu'ils ne se réduisent pas à leurs diagnostics