NOUVELLES
14/06/2016 12:15 EDT | Actualisé 15/06/2017 01:12 EDT

Zika/JO: "très peu de risques supplémentaires de transmission" selon l'OMS

Le Comité d'urgence sur le virus Zika de l'OMS (Organisation mondiale de la santé) a estimé mardi que le risque de transmission du virus Zika en raison des Jeux Olympiques au Brésil était "très faible".

"Il y a un très faible risque de transmission supplémentaire du virus Zika en raison de la tenue des JO au Brésil, car ils se tiennent durant l'hiver brésilien (...) et en outre le Brésil est entrain d'intensifier" ses mesures pour contrôler la transmission de la maladie, ce qui devrait aussi "réduire le risque", a déclaré le Dr David Heymann, président du comité d'urgence sur Zika lors d'une conférence de presse à Genève.

En conséquence, le comité "réaffirme ses précédentes recommandations selon lesquelles il ne devrait pas y avoir de restrictions générales de voyager dans les pays et régions" touchées par le virus Zika "y compris les villes au Brésil qui accueilleront des épreuves des JO".

En sus, le comité, qui tenait mercredi sa 3ème réunion, recommande aux pays touchés par Zika et qui organisent des événements avec de grands rassemblements de procéder à une analyse de risques avant leur tenue et de prendre les mesures nécessaires pour diminuer les risques.

Le comité estime aussi que le Brésil devrait continuer à "intensifier ses mesures antivectorielles dans les villes où les JO seront organisés".

Le Brésil est le pays le plus touché par Zika, un virus responsable selon l'OMS de microcéphalites, une malformation grave et irréversible se caractérisant par une taille anormalement petite du crâne des nouveaux-nés.

Près de 1.300 bébés sont nés avec cette malformation depuis l'année dernière au Brésil. Une soixantaine de pays dans le monde sont touchés par le virus et environ 1,5 million de personnes sont contaminées au Brésil.

Zika se transmet par piqure d'insecte ou lors de relations sexuelles.

Le Comité recommande aussi aux pays d'informer leurs ressortissants qui vont se rendre aux JO sur l'infection de Zika et sur les mesures à prendre pour réduire les risques.

En février dernier, l'OMS a décidé que l'épidémie du virus Zika était une "urgence de santé publique de portée mondiale".

mnb/jl