NOUVELLES
14/06/2016 12:56 EDT | Actualisé 15/06/2017 01:12 EDT

Un Tate Modern de Londres encore plus gigantesque

Centrale désaffectée devenue un des plus grands musées d'art moderne au monde, le Tate Modern de Londres prend à nouveau de l'expansion.

Un nouveau pavillon de 10 étages, appelé Switch House, permettra au musée installé sur les rives de la Tamise de mieux accueillir ses quelque cinq millions de visiteurs.

Le public aura accès à ce nouveau pavillon, consacré aux oeuvres d'artistes non européens et des femmes, à compter de vendredi.

Travail de la firme d'architectes suisse Herzog & de Meuron, l'édifice, rappelant les formes d'une pyramide, a coûté 470 millions de dollars.

Le Tate Modern a ouvert ses portes en 2000 et sa popularité a depuis surpassé les attentes. Il est aujourd'hui le musée d'art moderne le plus visité au monde.

Le directeur du musée, Nicholas Serota, explique que le nouveau pavillon permet au Tate d'augmenter sa superficie de l'ordre de 60 % et « d'exposer une plus grande diversité d'oeuvres qu'auparavant ».

« Nous présentons le travail d'artistes provenant d'ailleurs que l'Europe et l'Amérique de Nord, poursuit-il. Et ça nous permet d'offrir un nouveau point de vue sur Londres », soit à partir de la terrasse installée au sommet de la pyramide.

Si les responsables du Tate se réjouissent de l'agrandissement du musée, la possibilité de voir le Royaume-Uni voter pour une sortie de l'Union européenne lors du référendum du 23 juin fait craindre pour la coopération future entre les institutions muséales européennes.

« Il s'agit d'un musée qui se présente à la planète et nous avons toujours eu une collaboration privilégiée avec nos collègues européens, souligne Serota. Nous employons également beaucoup de gens provenant d'ailleurs en Europe. Tout ce qui rend notre travail plus difficile, je pense, réduit la qualité de ce que nous présentons. »