NOUVELLES
14/06/2016 00:34 EDT | Actualisé 14/06/2017 01:12 EDT

Policiers français tués en banlieue de Paris: terrorisme dit François Hollande

PARIS — Le président François Hollande estime que le policier français et sa compagne qui ont été tués par un homme armé d'un couteau dans une banlieue parisienne, lundi, ont été incontestablement victimes d'un acte terroriste.

Le présumé assassin, Larossi Abbala, un Français âgé de 25 ans, a lui aussi trouvé la mort tandis que l'enfant du couple, âgé de 3 ans, a été sauvé.

L'agresseur qui était domicilié à Mantes-la-Jolie, en banlieue de Paris, avait des antécédents de condamnation pour terrorisme, en 2013.

L'officier était commandant de police au commissariat des Mureaux. Il a été poignardé à l'extérieur de son domicile situé à Magnanville, à environ 55 km à l'ouest de Paris, a indiqué le ministère de l'Intérieur. Il était alors en civil, rapportent les médias français.

Le présumé assassin s'est réfugié dans la maison qui a été prise d'assaut par un commando de policiers d'élite. Les policiers ont découvert les cadavres de l'assaillant et de la femme du commandant.

Les motifs exacts de l'agresseur ne sont pas encore connus; une enquête est en cours.

Le ministre français de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a indiqué que la femme du commandant était fonctionnaire au ministère de l’Intérieur.

Le ministre a aussi affirmé que depuis le début de l'année, plus de 100 personnes considérées comme des menaces terroristes avaient été arrêtées en France.

À l'instar de nombreux pays européens, la France traverse une vague de violence djihadiste visant les policiers ou des militaires. Le président Hollande a soutenu mardi que le pays était confronté à une menace terroriste à très large échelle.