NOUVELLES
14/06/2016 07:23 EDT | Actualisé 15/06/2017 01:12 EDT

Netanyahu contre l'initiative arabe de paix (médias)

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'est prononcé contre l'adoption, en l'état, de l'initiative de paix de la Ligue arabe après en avoir récemment souligné les "éléments positifs", rapportent mardi les médias.

M. Netanyahu, qui s'exprimait lundi soir lors d'une réunion de ministres de son parti le Likoud, a affirmé que "s'ils (les pays arabes) présentent leur proposition de 2002 en disant: +c'est à prendre ou à laisser+, nous leur dirons: +on laisse+".

Il faisait allusion à l'initiative de paix présentée par la Ligue arabe en 2002, et confirmée en 2007, qui envisageait des relations normalisées des pays arabes avec Israël dans le cadre d'une paix globale comprenant un retrait israélien des Territoires palestiniens, et du plateau du Golan conquis sur la Syrie en 1967 ainsi qu'un règlement de la question des réfugiés palestiniens.

Fin mai, M. Netanyahu avait estimé que cette initiative comprenait "des éléments positifs", se disant prêt à mener des négociations avec les pays arabes.

"L'initiative arabe dispose de bonnes bases. Mais il est clair qu'elle doit être actualisée afin de tenir compte des changements qui se sont produits dans la région ces dernières années", a dit lundi soir M. Netanyahu, selon Israel Hayom, un quotidien qui le soutient.

Le Premier ministre a souligné que cette initiative pouvait être "pertinente à condition que soient supprimées certaines de ses exigences", sur les retraits israéliens et les réfugiés palestiniens.

"Parallèlement, il faut promouvoir l'idée d'une rencontre régionale menant à la normalisation des relations avec les pays arabes et un règlement du conflit avec les Palestiniens", a-t-il ajouté.

Le chef de la Ligue arabe Nabil al-Arabi a affirmé de son côté que l'organisation panarabe basée au Caire rejetait de tels propos "car l'initiative arabe a une philosophie précise et un ordre spécifique (..) il n'est pas question d'inverser cet ordre".

"Certains laissent entendre que les Arabes doivent commencer par remplir leurs obligations afin qu'Israël envisage de respecter ses engagements, ce qui est inacceptable", a-t-il ajouté.

Les négociations directes entre Israël et les Palestiniens sont au point mort depuis plus de deux ans.

jlr-mon-dms/vl