NOUVELLES
14/06/2016 11:47 EDT | Actualisé 15/06/2017 01:12 EDT

Le réseau informatique des démocrates a été la cible d'une cyberattaque russe

WASHINGTON — Des pirates informatiques hautement qualifiés liés aux services de renseignements russes se sont infiltrés dans le réseau informatique du Comité national démocrate (DNC), ayant accès à des courriels confidentiels, des séances de clavardage, ainsi qu'à une recherche portant sur le candidat probable du Parti républicain, Donald Trump.

La firme CrowdStrike a affirmé que le DNC lui avait demandé d'enquêter sur une possible cyberattaque dans son système, qui serait survenue aussi tôt que l'été dernier. Les experts ont rapidement trouvé les traces de deux groupes de pirates liés à l'administration russe.

Cette nouvelle brèche s'ajoute aux nombreuses cyberattaques subies par les candidats à la présidence américaine, soulignant la vulnérabilité des réseaux informatiques qui stockent des informations délicates sur les politiciens, leurs opposants et leurs donateurs.

La présidente du Comité national démocrate Debbie Wasserman Schultz a parlé d'un incident «sérieux», ajoutant que le parti avait agi rapidement pour «chasser les intrus et sécuriser le réseau».

Selon le parti, les pirates ne semblent pas avoir consulté les informations sur les finances et les donateurs, ainsi que les données personnelles.

Mais un individu bien au courant de la cyberattaque a indiqué que des courriels, des séances de clavardage — les échanges d'une année entière —  ainsi qu'une recherche sur M. Trump avaient été dérobés. Ces recherches contiennent souvent des informations détaillées sur l'histoire personnelle et professionnelle d'un candidat.

Cette source, qui a parlé sous le couvert de l'anonymat, a affirmé que les représentants du DNC avaient pris conscience de l'attaque à la fin du mois d'avril, lorsque ses employés ont découvert la présence d'un logiciel malveillant sur ses ordinateurs.

Le Directeur du renseignement national des États-Unis James Clapper avait déclaré le mois dernier que les responsables américains avaient des indications selon lesquelles les candidats à la présidence étaient espionnés par des pirates étrangers. Les experts des renseignements américains s'attendaient à encore davantage de menaces contre les campagnes des politiciens.

Les cyberattaques étrangères étaient foisonnantes lors de la campagne présidentielle de 2008, et en 2012, le démocrate Barack Obama et le républicain Mitt Romney ont été la cible d'attaques de pirates chinois.

CrowdStrike a affirmé que l'un des groupes identifiés dans l'attaque contre le DNC, appelé «Cozy Bear», avait précédemment infiltré des réseaux non classifiés de la Maison-Blanche, du département d'État et du Comité des chefs d’état-major interarmées.