NOUVELLES
14/06/2016 09:33 EDT | Actualisé 15/06/2017 01:12 EDT

Le procès Vatileaks touche à sa fin

Le procès Vatileaks sur la fuite de documents confidentiels du Vatican, qui embarrasse le Saint-Siège depuis novembre, entrera début juillet dans sa dernière phase avec le réquisitoire et les plaidoiries, a annoncé mardi le Vatican.

Pour ce faire, trois audiences doivent avoir lieu les 4, 5 et 6 juillet, avant le jugement, dont la date n'est pas encore connue.

L'affaire a éclaté début novembre avec l'arrestation d'un prélat espagnol proche de l'Opus Dei, Mgr Angel Vallejo Balda, soupçonné avec une intrigante consultante en communication, Francesca Chaouqui, d'avoir transmis à deux journalistes des documents confidentiels sur les finances du Vatican.

Ces journalistes, Gianluigi Nuzzi et Emiliano Fittipaldi, se sont appuyés sur ces documents pour écrire deux livres, "Chemin de croix" et "Avarizia" (avarice), sur la persistance de dysfonctionnements et de malversations financières au Vatican malgré la volonté de réforme affichée par le pape François.

Au grand dam des défenseurs de la liberté de la presse, les deux journalistes comparaissent depuis novembre aux côtés de Mgr Balda, de Mme Chaouqui et d'un ancien collaborateur du prélat, Nicola Maio.

Tous risquent entre quatre et huit ans de prison, même s'il semble peu réaliste que les quatre Italiens, et en particulier les deux journalistes, soient un jour extradés vers le Vatican pour y purger une éventuelle peine.

La situation est différente pour Mgr Balda, dont le Vatican a annoncé lundi la remise en semi-liberté après plusieurs mois de détention, et qui a reconnu avoir transmis des documents confidentiels.

Devant le tribunal, il a cependant affirmé l'avoir fait sous la pression d'une Francesca Chaouqui manipulatrice qui serait allée jusqu'à l'attirer dans son lit, ce qu'elle a vivement nié en insinuant au passage que le prélat était homosexuel.

Pour le Vatican, cette tournure des débats, de même que le choix validé par le pape François de poursuivre des journalistes d'investigation, a vite viré au chemin de croix médiatique.

Les audiences se sont trainées pendant neuf mois, le temps pour Mme Chaouqui d'accoucher mardi d'un petit garçon de 3,7 kg.

"Tous nos voeux à lui et à ses parents", a assuré le porte-parole du Vatican, Federico Lombardi.

am-fcc/bds