DIVERTISSEMENT
14/06/2016 06:01 EDT

FrancoFolies 2016: Stefie Shock chante Gainsbourg (PHOTOS)

Stefie Shock était sur la grande scène extérieure de la Place des festivals pour présenter une vingtaine de reprises, lundi soir, dans le cadre des FrancoFolies de Montréal.

Victor Diaz Lamich

Afin de souligner le 25e anniversaire du décès du cultissime Serge Gainsbourg, le 2 mars 1991, le musicien-chanteur québécois Stefie Shock a adapté une douzaine de pièces de l’auteur-compositeur-interprète et poète français qui se sont retrouvées sur l’album 12 belles dans la peau, sorti le 26 février. Deuxième étape du projet : Stefie Shock était sur la grande scène extérieure de la place des Festivals pour présenter une vingtaine de reprises, lundi soir, dans le cadre des FrancoFolies de Montréal.

Stefie Shock a revisité, réinventé et rhabillé plusieurs morceaux du géant de la chanson française. Il s’est également entouré de plusieurs femmes pour y parvenir. Certaines qui l’ont accompagné dans la création et l’enregistrement de 12 belles dans la peau étaient sur les planches avec lui, lundi : des chanteuses comme Gaële, Fanny Bloom et Stéphanie Lapointe, mais aussi des actrices, dont Pascale Bussières. L’idée étant de chanter chaque morceau en duo, à l’instar de la démarche pour l’album.

Galerie photo FrancoFolies: Stefie Shock chante Gainsbourg (13 juin 2016) Voyez les images

Pour le spectacle, celui-ci était entouré de cinq musiciens (Justin Allard à la batterie, Jean-Sébastien Cyr aux percussions, Jocelyn Tellier à la guitare, Simon Dolan à la basse et Vincent Réhel aux claviers) et d’une douzaine de filles qui sont venues à tour de rôle interpréter une ou deux pièces de Gainsbourg.

Après Ballade de Melody Nelson, offerte en ouverture par Stefie Shock, c’est Stéphanie Lapointe qui a joliment livré le premier duo du concert par l’entremise de la pièce Élisa. «Ce spectacle a été monté tout spécialement pour les FrancoFolies, d’expliquer Stefie Shock. C’est donc la première et la dernière fois qu’il sera présenté [dans cette forme]. Douze belles dans la peau comme dans douze charmantes femmes…»

Ensuite est arrivée la chanson Requiem pour un con [aussi de l’album concept Histoire de Melody Nelson sorti en 1971], offerte avec l’actrice Pascale Bussières. Quelques minutes plus tard, Fanny Bloom a fait du très bon boulot sur L’anamour. Ce choix étant tout à fait dans la palette de la chanteuse. Même constat pour Justine Laberge qui a interprété après la chanson Laisse tomber les filles.

Voulant crever l’abcès au sujet de la ressemblance entre lui et Gainsbourg (physionomie, faciès, voix), Stefie Shock a lancé à la blague qu’il était en fait son fils illégitime. «Si le fils illégitime de Jacques Brel vit à Montréal, pourquoi pas celui de Gainsbourg ?»

Après une efficace Ford Mustang, le musicien-chanteur a pris quelque minute pour parler de Jane Birkin, une femme très importante dans la vie de Gainsbourg. «Pour moi, la plus belle période de Serge Gainsbourg est quand Birkin était dans sa vie, a-t-il raconté. Il a écrit de magnifiques chansons. Je vous propose un bloc de trois pièces qui ont été chantées par Jane Birkin, qui était en ville tout récemment (elle a offert deux concerts en hommage à Gainsbourg dans le cadre des Francos à la Maison symphonique – lire ici la critique). On commence avec Quoi

Ensuite, Stefie Shock a enchaîné avec Fuir le bonheur de peur qu’il ne se sauve dans une version assez intimiste avec Fanny Bloom. Juste après, Stéphanie Lapointe a livré d’une superbe façon la délicate et mélancolique Baby Alone in Babylone. Beau moment du spectacle.

LIRE AUSSI:

Thomas Fersen drôle et fantasque

Ariane Brunet: une détresse réparatrice

Un incontournable par jour

FrancoFolies 2016: Plus de 150 concerts extérieurs gratuits

Découvrez la programmation en salle des FrancoFolies 2016

C’est alors que Stefie Shock a présenté l’une de ses pièces préférées de Gainsbourg, Dépression au-dessus du jardin. Chantée pour l’occasion par Sophie Beaudet, qui a une voix étonnante. Autre belle performance.

Couchés sur la scène après s’être fait fusiller (au son des mitrailleuses) comme les criminels et braqueurs de banque Bonnie and Clyde, Stefie Shock et la comédienne Sonia Cordeau ont ensuite envoyé la chanson écrite en hommage aux célèbres criminels texans tués en 1934.

En femme fatale, l’actrice Caroline Dhavernas est arrivée par la suite sur scène pour envoyer avec aplomb la sympathique et sensuelle Harley-Davidson. Belle énergie.

Rendu célèbre par France Gall, le morceau Poupée de cire, poupée de son est venu clore le spectacle de 90 minutes. Valérie Carpentier était parfaite dans sa copie France Gall (vêtement et cheveux blonds) des années 1960.

Au rappel, Gaële a livré avec justesse Je suis venu te dire que je m’en vais.

Enfin, toutes les interprètes féminines sont venues chanter Couleur café en compagnie de Stefie Shock. Un choix artistique que l’on voit très souvent dans les spectacles produits par Spectra ! Mais bon, ça fonctionne malgré tout, la plupart du temps.

Excepté les quelques égarements dans le déroulement du spectacle (Stefie Shock a lui-même admis qu’il devait de temps en temps regarder ses feuilles au plancher; alors faute avouée à moitié pardonnée) on peut dire que ce concert, dans l’ensemble, est réussi.

La liste des chansons

  • Ballade de Melody Nelson
  • Élisa (avec Stéphanie Lapointe)
  • Requiem pour un con (avec pascale Bussières)
  • L’anamour (avec Fanny Bloom)
  • Laisse tomber les filles (avec Justine Laberge)
  • La Javanaise (avec Gaële)
  • Ford Mustang (avec Suzie McLelove, des Breastfeeders)
  • Initials B.B. (avec Laurence Nerbonne)
  • Comme un boomerang (avec Anne-Élizabeth Bossé)
  • Quoi (avec Valérie Carpentier)
  • Fuir le bonheur de peur qu’il ne se sauve (avec Fanny Bloom)
  • Baby Alone in Babylone (avec Stéphanie Lapointe)
  • Dépression au-dessus du jardin (avec Sophie Beaudet)
  • L’hôtel particulier (avec Pascale Bussières)
  • Bonnie and Clyde (avec Sonia Cordeau)
  • Tandem (avec Justine Laberge)
  • Comment te dire adieu (avec Laurence Nerbonne)
  • Harley-Davidson (avec Caroline Dhavernas)
  • Poupée de cire, poupée de son (avec Valérie Carpentier)
  • Je suis venu te dire que je m’en vais (avec Gaële)
  • Couleur Chocolat (avec toutes les chanteuses)