NOUVELLES
14/06/2016 03:43 EDT | Actualisé 15/06/2017 01:12 EDT

Face à la Russie, l'Otan va aussi se renforcer en Roumanie (Stoltenberg)

L'Otan, qui va déployer quatre bataillons dans les pays baltes et en Pologne pour garantir leur sécurité face à la Russie, renforcera également sa présence en Roumanie en y envoyant des unités terrestres, a annoncé mardi son secrétaire général Jens Stoltenberg.

"Nous prendrons des décisions sur une présence sur-mesure dans le Sud-Est (de l'Europe), avec un élément terrestre construit autour d'une brigade multinationale cadre en Roumanie", a déclaré M. Stoltenberg avant une réunion des ministres de la Défense de l'Otan à Bruxelles.

Cette brigade, composée de soldats roumains et bulgares, "peut alors organiser et faciliter les activités de l'Otan dans la région en ce qui concerne des exercices et des mesures de réassurance" prises depuis le début de la crise ukrainienne, au printemps 2014, pour renforcer la sécurité des pays de l'Otan à l'Est, a expliqué M. Stoltenberg.

Inquiets de la crise ukrainienne et du potentiel militaire grandissant de la Russie à leurs frontières, les anciens pays du Bloc soviétique qui ont rejoint l'Otan après la fin de la Guerre froide réclament que l'Alliance renforce encore davantage sa présence militaire sur leur territoire afin de décourager toute velléité d'attaque.

Dans ce cadre, les ministres de la Défense alliés de l'Otan, réunis mardi et mercredi à Bruxelles, vont donner leur feu vert au déploiement de quatre bataillons de 800 à 1.000 hommes chacun, sur base de rotations, en Estonie, Lettonie, Lituanie et en Pologne.

Mais pour répondre aux inquiétudes de la Roumanie et de la Bulgarie, qui partagent une frontière en mer Noire avec la Russie, les 28 pays de l'Alliance vont également accepter une proposition de Bucarest visant à mettre à disposition une base roumaine, "qui servira de cadre pour des entraînements et exercices avec des unités de l'Alliance", a expliqué une porte-parole de l'Otan, Carmen Romero.

Ces déploiements illustrent une partie de la nouvelle posture de défense et de dissuasion de l'Otan décidée en février --la "présence avancée à l'Est"--, qui sera l'un des thèmes majeurs du sommet de chefs d'Etat et de gouvernement de l'Alliance les 8 et 9 juillet à Varsovie.

En réaction, le ministre de la Défense russe Sergueï Choïgou avait annoncé début mai que Moscou allait former trois nouvelles divisions dans l'ouest et le sud de la Russie pour "contrecarrer le renforcement des forces de l'Otan près de la frontière".

axr/agr/rap