NOUVELLES
14/06/2016 06:35 EDT | Actualisé 15/06/2017 01:12 EDT

Euro-2016: les supporters russes contrôlés partent à bord de véhicules des forces de l'ordre

Les supporteurs russes qui refusaient mardi de descendre de leur autocar dans le sud-est de la France pour des contrôles d'identité, ont finalement obtempéré et ont été emmenés dans l'après-midi par les forces de l'ordre vers une destination non précisée, a constaté une correspondante de l'AFP.

Ils ont été escortés individuellement vers des voitures de gendarmerie ou des fourgonnettes de police avant de quitter la caserne de gendarmerie de Mandelieu-la-Napoule, à une heure et demie de Marseille, où était garé leur autocar. L'opération s'est achevée vers 13h45 GMT, a constaté une correspondante de l'AFP.

Ces contrôles d'identité, effectués par la gendarmerie en coordination avec la Division nationale de lutte contre le hooliganisme (DNLH) concernaient au total 43 Russes, trois jours après les violences en marge d'Angleterre-Russie samedi à Marseille.

Ces contrôles étaient notamment destinés à vérifier si ces Russes font partie d'une liste de hooligans "dits à risque".

"Nous avons des indices suffisamment précis sur la participation d'au moins un certain nombre d'entre eux aux aux violences inacceptables" survenues à Marseille, a commenté à la mi-journée le préfet des Alpes-Maritimes, Adolphe Colrat, n'excluant pas que certains puissent être placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête judiciaire sur ces violences.

Six supporters russes contrôlés ont été placés dans des centres de rétention à Nice et à Marseille, car ils sont soupçonnés de présenter une menace à l'ordre public, a-t-il précisé à la mi-journée.

Le consul de Russie basé à Marseille s'était déplacé à Mandelieu-la-Napoule pour s'entretenir avec les 35 autres Russes, dont trois chauffeurs, refusant de quitter leur car.

Deux collaboratrices du ministère russe de la Jeunesse et des Sports se trouvaient pour leur part dans les locaux de la gendarmerie à ce moment-là.

Le dossier est désormais entre les mains du procureur de la République de Marseille Brice Robin, a-t-on appris de sources concordantes. Ce dernier n'a pas souhaité à ce stade faire de commentaires.

Des policiers étaient à Mandelieu-la-Napoule mardi matin "dans un cadre judiciaire", aux côtés des gendarmes, a précisé une source proche du dossier.

"La procédure devient intégralement judiciaire", a précisé le préfet Adolphe Colrat, qui n'a fait aucun bilan en milieu d'après-midi de ces contrôles d'identité.

Les supporteurs russes étaient en partance en autocar pour Lille, dans le nord de la France, où leur équipe doit disputer son deuxième match de l'Euro contre la Slovaquie mercredi après-midi.

jgi-cm/mdm/cr/gf