NOUVELLES
14/06/2016 10:25 EDT | Actualisé 15/06/2017 01:12 EDT

Euro-2016: fermeture à Nice d'un café fréquenté par les "ultras" niçois

Le préfet des Alpes-Maritimes (sud) a ordonné mardi la fermeture administrative d'un café à Nice qui aurait servi de lieu de rendez-vous de supporters niçois et polonais pour organiser une bataille samedi soir dans le centre-ville de Nice visant des supporters nord-irlandais.

Le "Café populaire" - qui sera fermé durant toute la durée de l'Euro-2016- est connu comme un lieu de rassemblement des "ultras de la Populaire Sud" (principal groupe de supporteurs niçois), dont le président Frédéric Braquet n'est autre que le patron de l'établissement, selon une source proche du dossier.

M. Braquet est actuellement sous le coup d'une interdiction d'assister aux matches de son équipe en raison d'affrontements entre ultras niçois et napolitains le 2 août 2015, en marge d'une rencontre amicale.

Samedi vers 21H00 GMT, une bagarre avait éclaté dans une voie piétonne de Nice, peu après la fin du match de l'Euro 2016 Angleterre-Russie à Marseille.

Environ 20 à 30 "ultras" niçois avaient participé à la bagarre et une enquête a été ouverte par le parquet de Nice pour identifier les auteurs des violences.

"Cette mesure vient sanctionner le lien établi entre ce débit de boissons et les affrontements qui ont opposé le 11 juin dans la soirée rue Saint François de Paule à Nice des supporters (Nord-Irlandais) et des +ultras+ niçois associés à quelques supporters polonais venus délibérément les provoquer, et qui ont conduit à déplorer neuf blessés", précise mardi un communiqué de la préfecture des Alpes-Maritimes.

cm/mdm/mca