NOUVELLES
14/06/2016 05:53 EDT | Actualisé 15/06/2017 01:12 EDT

Deux Ukrainiens détenus en Russie libérés et attendus en Ukraine (président ukrainien)

Deux Ukrainiens condamnés en Russie à de lourdes peines de prison ont été libérés et sont attendus mardi à Kiev, a indiqué le président ukrainien Petro Porochenko.

"Enfin! Iouri Solochenko et Guennadi Afanassiev sont à bord d'un avion ukrainien et volent de Moscou vers l'Ukraine", a écrit le chef d'Etat ukrainien sur son compte Twitter.

"Nous sommes enfin sur le territoire ukrainien! Ce sont les premiers mots de Iouri Solochenko et Guennadi Afanassiev", a renchéri le porte-parole de la présidence, Sviatoslav Tsegolko, sur sa page Facebook, publiant également une photo des deux hommes à bord de l'avion.

Plus tôt dans la journée, des médias avaient annoncé qu'un avion du ministère ukrainien de la Défense s'était envolé vers la Russie pour récupérer les deux Ukrainiens.

Iouri Solochenko, un retraité de 73 ans, avait été condamné en 2015 à six ans de prison pour "espionnage" après avoir été reconnu coupable d'avoir tenté d'acheter des composants secrets d'un système de défense antiaérien russe au profit de son pays.

Guennadi Afanassiev, 25 ans, avait de son côté été arrêté en Crimée en mai 2014, avec le réalisateur Oleg Sentsov, et condamné à sept ans de prison pour "terrorisme".

M. Sentsov avait quant à lui été condamné à 20 ans de prison, accusé d'avoir coordonné les activités d'un groupe ultranationaliste ukrainien qui prévoyait, selon les autorités, d'attaquer les organisations prorusses et les infrastructures de la péninsule ukrainienne annexée en 2014 par la Russie.

La peine de M. Afanassiev avait été moins sévère car il avait d'abord reconnu sa culpabilité et accepté de collaborer avec l'enquête, avant de revenir sur ses aveux extorqués selon lui sous la torture.

Il s'agit de la deuxième libération de prisonniers ukrainiens détenus en Russie cette année.

Le 25 mai, la pilote ukrainienne Nadia Savtchenko a été libérée, échangée contre deux Russes, accusés par Kiev d'être des agents des services secrets militaires russes (GRU).

La jeune femme purgeait une peine de 22 ans de prison pour avoir, selon des accusations qu'elle rejette, fourni à l'armée ukrainienne la position de deux journalistes de la télévision publique russe tués par un tir de mortier en juin 2014.

Environ 170 Ukrainiens sont incarcérés en Russie, dans la péninsule de Crimée ou restent prisonniers des rebelles dans l'est de l'Ukraine, a récemment indiqué le ministre ukrainien des Affaires étrangères Pavlo Klimkine.

osh-lap/mp/nm/mr