NOUVELLES
14/06/2016 02:47 EDT | Actualisé 14/06/2016 02:47 EDT

Un chrétien tue sa soeur sous prétexte de l'honneur au Pakistan

Akhtar Soomro / Reuters
A woman prays at the shrine of Hasan-al-Maroof Sultan Manghopir, better known as the crocodile shrine, on the outskirts of Karachi, Pakistan October 11, 2015. Pakistani Sheedi pilgrims are once again flocking to the shrine in Karachi that has been shunned for years amid fears of Taliban attacks. The community believes the crocodiles living in the shrine's pond are the disciples of saints. Picture taken October 11. REUTERS/Akhtar Soomro

Une jeune Pakistanaise chrétienne a été tuée par son frère après qu'elle a insisté pour se marier avec un homme de son choix, un rare cas de crime perpétré au nom de l'honneur dans une famille chrétienne.

Anum Ishaq masih, qui avait un peu moins de 20 ans, a été tuée samedi soir dans un quartier proche de la garnison de Sialkot, une grande ville du centre du pays, a indiqué la police à l'AFP mardi.

"Saqib Ishaq Masih, 23 ans, a tué sa soeur en lui frappant la tête avec un gourdin en bois alors qu'elle dormait dans la nuit de samedi à dimanche", a déclaré Rana Zulfiqar, responsable du commissariat de ce quartier.

La jeune fille "voulait se marier avec un voisin chrétien, mais la famille s'opposait au mariage", a-t-il indiqué.

Selon lui, la jeune fille avait insisté pendant la journée de samedi qu'elle se marierait avec l'homme de son choix, "ce qui a mis son frère en colère".

Le jeune homme a été arrêté depuis, et une plainte pour meurtre a été déposée par le père de le famille.

Des centaines de femmes sont tuées chaque année au Pakistan par des proches sous prétexte qu'elles auraient bafoué l'honneur familial.

Mais les crimes dits d'honneur sont rares au sein de la communauté chrétienne pakistanaise, selon un militant chrétien, Shamoon Gill.

"Cela n'a rien à voir avec la religion, c'est lié à une question très profondément ancrée dans les sociétés orientales" et s'enracine dans "des éléments qui restent de la mentalité tribale", a-t-il estimé.

"Une fille dans la rivière: le prix du pardon", un film sur une des rares survivantes de cette pratique, a été récompensé par l'oscar du meilleur documentaire court en février.

Dans la foulée, le Premier ministre Nawaz Sharif s'était engagé à éradiquer ce "mal", mais aucun texte n'a été voté depuis.

Vendredi, M. Sharif a ordonné une enquête approfondie sur le meurtre de Zeenat Bibi, une jeune fille tuée à Lahore par sa mère il y a une semaine pour s'être choisi un mari. Le même jour, un autre couple pakistanais était abattu pour s'être marié sans le consentement des familles.

Plusieurs groupes de responsables religieux musulmans ont émis des fatwas en début de semaine condamnant les crimes perpétrés au nom de l'honneur.

VOIR AUSSI:

Galerie photo Pakistan Through Our Eyes Voyez les images