NOUVELLES
12/06/2016 07:58 EDT | Actualisé 13/06/2017 01:12 EDT

Syrte la Libyenne, de Kadhafi aux jihadistes

Un mois après le début de l'offensive lancée par le gouvernement d'union libyen (GNA) contre le groupe Etat islamique(EI), les jihadistes se retrouvent désormais pris au piège et retranchés dans des quartiers du centre de Syrte, leur sanctuaire libyen.

- Localité stratégique -

A mi-chemin entre Tripoli et Benghazi, 300 km séparent Syrte des rives européennes et 242 km de Misrata à l'ouest, d'où sont partis la majorité des forces du GNA il y a un mois pour reprendre aux jihadistes leur fief.

Sa proximité avec la zone du "croissant pétrolier" plus à l'est a donné des visées expansionnistes aux combattants de l'EI, désireux de contrôler les terminaux et ports pétroliers.

- Population rurale -

Syrte était formée de plusieurs villages épars sans grande urbanisation et sa population était essentiellement rurale, vivant de l'élevage de bétail, de cultures simples et de quelques artisanats basiques.

La majorité de ses habitants appartiennent à l'une des quatre grandes tribus de la région: les Kadhadfa -le clan de la famille de l'ancien dictateur Mouammar Kadhafi-, les Werfalla -numériquement importante dans l'ouest de la Libye et très influente à Bani Walid-, les Forjane et surtout les Magariha -la plus proche et fidèle au régime de Kadhafi-.

La ville comptait 120.000 habitants avant sa prise par l'EI mais 75% d'entre eux ont réussi à fuir. Il y resterait quelque 30.000 civils.

- QG de l'EI -

Le centre de conférence Ouagadougou, érigé par Kadhafi pour accueillir les sommets africains et internationaux et servir sa politique panafricaine, a vu la genèse de l'Union africaine le 9 septembre 1999 lors de la "déclaration de Syrte".

C'est dans ses bâtiments utilisés par l'EI comme QG et centre de commandement que les jihadistes sont aujourd'hui pris en étau à mesure que les forces du GNA progressent.

Le port de Syrte, son aéroport international, une importante base aérienne et un hôpital ont été repris aux jihadistes au cours des derniers jours.

- Ville natale de Kadhafi -

Pendant des siècles, l'intérêt pour Syrte -une région désertique séparant naturellement les provinces romaines et helléniques d'Afrique du Nord- résidait uniquement dans sa situation géographique.

Pour mettre à l'honneur sa ville natale, Mouammar Kadhafi a tenté par tous les moyens, en vain, d'en faire la capitale de sa "Jamahiriya" (Etat des masses, ndlr). Il a toutefois créé une nouvelle province dans la région de Syrte: "al-Wosta" (la centrale), en plus des trois autres déjà existantes: la Tripolitaine, la Cyrénaïque et le Fezzan.

Dans les années 90, il avait ordonné l'installation des ministères à Syrte, avant d'y faire également siéger son Parlement, mais le nombre de victimes sur la route, dont des ministres, a finalement découragé ses plans.

- Drapeaux noirs et 4x4 -

Avant qu'elle ne tombe aux mains des jihadistes de l'EI il y a un an, Syrte, symbole de l'ancien régime, a été livrée à elle-même après la révolte populaire qui renversa Kadhafi en 2011.

Depuis juin 2015, le drapeau noir de l'EI flotte sur les bâtiments publics de cette ville portuaire où des mains et des têtes sont tranchées sur la place publique.

Des jihadistes en 4x4 sillonnent les rues pour vérifier que les hommes respectent les heures de prières et que les femmes ne s'aventurent jamais sans accompagnateur.

rb/mer