NOUVELLES
12/06/2016 09:35 EDT | Actualisé 13/06/2017 01:12 EDT

Syrie: au moins 27 personnes tuées par les frappes aériennes

BEYROUTH — Une série de frappes aériennes dans une province de la Syrie détenue par les rebelles a fait au moins 27 morts, dimanche, selon les militants.

Les tirs aériens dans la province d'Idlib ont touché un marché bondé et un édifice d'appartements. Ils sont survenus malgré l'adoption présumée d'un cessez-le-feu entre le gouvernement et les insurgés.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme de Londres, qui s'informe auprès d'un réseau de militants sur le terrain, a dit qu'au moins 21 personnes avaient été tuées par les bombardements dans la ville d'Idlib, dont ceux sur le marché.

D'autres tirs dans la municipalité de Ma'arrat al-Numan — aussi située dans la province d'Idlib — ont détruit un édifice d'appartements, tuant six personnes dont une mère et ses quatre enfants qui ont été piégés dans les décombres.

Les Comités locaux de coordination, un autre groupe alimenté par les militants, et la défense civile en Syrie, les premiers répondants qui travaillent dans les zones rebelles, ont affirmé que les tirs dans la ville d'Idlib avaient fait au moins 30 morts et des dizaines de blessés.

Les groupes attribuent les tirs aux avions russes. La Russie, qui a lancé une campagne de frappes en septembre pour aider les troupes du président syrien Bachar el-Assad, a toujours nié avoir ciblé des civils.

La province d'Idlib est contrôlée par une coalition de groupes rebelles syriens — incluant la branche locale d'al-Qaïda, le Front al-Nosra.