NOUVELLES
12/06/2016 08:57 EDT | Actualisé 13/06/2017 01:12 EDT

Les publicités unilingues anglophones au Grand Prix, « ça ne se reproduira plus », dit le maire

Parole de Denis Coderre, les publicités unilingues anglophones qui tapissent le Grand Prix du Canada cette année ne seront pas de retour l'an prochain.

Un texte d'Olivier Arbour-Masse

Depuis l'annonce du nouveau commanditaire majeur de la F1 jeudi, la couleur verte de Heineken tapisse le circuit Gilles-Villeneuve. Et avec elle, des publicités rédigées uniquement en anglais, ce qui contrevient à la Charte de la langue française.

« On va s'assurer que ça se fasse dans le respect parce qu'on est une métropole francophone. La question de la langue n'est pas une question de promotion, c'est une question de ce que représente Montréal. [...] On va s'assurer que ça ne se reproduise plus », a tranché le maire de Montréal, croisé dans les paddocks quelques heures avant la course.

Le brasseur néerlandais s'était défendu plus tôt cette semaine en affirmant qu'elle devait être consciente de son public mondial.

Les travaux ne seront pas réalisés à temps

La mise à jour des infrastructures autour du circuit Gilles-Villeneuve ne sera pas complétée pour 2017 comme l'exigeait le contrat entre le promoteur, le groupe Octane Management de François Dumontier et la F1, a confirmé Denis Coderre.

Le maire dit s'être entretenu « à plusieurs reprises » avec Bernie Ecclestone. Selon lui, le report des travaux ne remet pas en doute la tenue du Grand Prix en 2017, ni le contrat qui lie la F1 au promoteur montréalais, malgré ce qu'avait affirmé le patron de la F1 jeudi.

Les retards seraient dus à des « imbroglios entre les promoteurs » au sujet des critères selon lesquels doivent être réalisés.

La nouvelle date butoir pour ces travaux n'a pas encore été établie.