NOUVELLES
12/06/2016 14:14 EDT | Actualisé 13/06/2017 01:12 EDT

GP du Canada: déclarations

Lewis Hamilton (GBR/Mercedes), 45e victoire en F1, dont cinq à Montréal et deux d'affilée en 2016:

"J'avais besoin de cette victoire après celle de Monaco. Je suis juste bouleversé, c'est aussi génial que lors de ma première victoire en F1 (à Montréal en 2007, NDLR). J'ai encore pris un très mauvais départ, je ne sais pas pourquoi, peut-être que j'ai trop fait chauffer mon embrayage. J'ai vraiment eu de la chance que Nico (Rosberg) et moi nous n'ayons pas abîmé nos voitures (au 1er tour). Après, je me suis bien amusé à aller chercher ce gars-là (Vettel). On avait trouvé les bons réglages et l'équipe nous a bien expliqué ce qu'on pouvait faire avec les pneus, combien de tours ils tiendraient. Mais je n'étais pas sûr de ce que je pouvais faire avec les ultra-tendres, ils se dégradaient déjà quand j'étais derrière Sebastian (Vettel, en début de course), donc j'étais un peu nerveux. J'aurais pu les garder plus longtemps, cela aurait été intéressant, mais quand j'ai changé pour mettre les pneus tendres, je savais que j'étais parti pour un long relais. Je les ai préservés au début, mais j'étais très conscient que Vettel était derrière moi et attaquait fort. Je me suis bien amusé car il allait vraiment très vite. Avec le niveau actuel des Ferrari, on ne s'ennuie pas. Mohamed Ali m'a beaucoup inspiré pendant toute ma vie, et pendant les 15 derniers tours, je ne sais pas pourquoi, je ne pensais qu'à +Rumble in the Jungle+ (le combat mythique de 1974 contre George Foreman]. J'essayais de penser à lui et je me demandais s'il regardait la course, de là-haut".

Sebastian Vettel (GER/Ferrari), 2e: "Lewis était un peu trop rapide, c'est le problème principal. Mais nous avons quand même vécu un très bon week-end et j'ai pris un départ fantastique. Il y avait beaucoup de vent et peut-être que ça m'a un peu gêné. Nous avons décidé très tôt de choisir une stratégie différente et il est probable que les pneus de Lewis (Hamilton) ont mieux résisté que ce qu'on avait prévu. Le plus amusant, c'était de se rendre compte du niveau de performance de ma voiture et de pouvoir lâcher la bride. J'ai tout essayé du début à la fin, et j'ai attaqué comme un fou dans les 20 derniers tours. J'ai aussi essayé d'éviter les mouettes sur la piste".

Valtteri Bottas (FIN/Williams), 3e, 9e podium en F1, 1er podium en 2016: "Cela n'a pas été facile. Nous avons besoin d'obtenir davantage de bons résultats comme celui-là, pour Williams".

Propos recueillis sur le podium et en conférence de presse.

dlo/jcp