NOUVELLES
12/06/2016 13:37 EDT | Actualisé 13/06/2017 01:12 EDT

F1: Lewis Hamilton remporte le Grand Prix du Canada pour une 5e fois

MONTRÉAL — Lewis Hamilton (Mercedes) a remporté le Grand Prix de Formule Un du Canada pour la cinquième fois, dimanche, et il a dédié sa victoire au légendaire Mohamed Ali.

Après avoir franchi le fil d'arrivée et officialisé son 45e sacre en carrière en F1, Hamilton a récité sur les ondes de la radio la célèbre phrase du boxeur décédé le 3 juin: «Fly like a butterfly, and sting like a bee». Il a également effectué quelques jabs après s'être extirpé de son bolide, dans la zone réservée au vainqueur.

«C'est rare que je dédie une victoire à quelqu'un, mais je ne pouvais faire autrement cette fois-ci, a évoqué celui qui avait auparavant triomphé dans la métropole en 2007, 2010, 2012 et 2015. Honnêtement, je ne sais trop pourquoi, j'ai pensé à lui pendant les 15 derniers tours.

«Il avait une personnalité unique et disait ce qu'il pensait vraiment, a-t-il ajouté. J'aimerais être davantage comme lui, avoir autant de charisme que lui, avoir plus de confiance à l'approche d'un combat. Et puis, nous avons des antécédents familiaux similaires. Donc, c'est véritablement quelqu'un à qui je m'identifie.»

Hamilton a aussi prévalu en s'élançant de la pole position au Grand Prix du Canada pour la quatrième fois de sa carrière, après avoir réalisé l'exploit en 2007, 2010 et 2015.

La course s'est toutefois révélée plus enlevante que prévu, notamment à cause du départ canon de Sebastian Vettel (Ferrari), qui a surpris les deux Mercedes.

«Je ne sais pas pourquoi je suis parti si vite, a confié le quadruple champion du monde. Ça peut paraître stupide, mais mon instinct me disait que je connaîtrais un bon départ. J'ai bien réagi aussi. Je me suis forgé une belle avance au premier tour, mais je l'ai laissée s'envoler dans la dernière chicane (en la court-circuitant).»

La course s'est finalement jouée sur le choix des pneus, un enjeu particulièrement important en raison du temps frais de dimanche. La stratégie d'un arrêt aux puits de Mercedes a fait la différence, puisque Vettel a plutôt opté pour deux arrêts.

«L'équipe m'avait informé de la durée de vie des pneus ultra-tendres et de ce qu'ils pouvaient m'offrir en termes d'adhérence, mais j'en doutais, a admis le principal intéressé. Puis, au 25e tour, on a opté pour les pneus tendres et ils ont été fantastiques.» 

Hamilton a donc devancé l'Allemand par plus de sept secondes au fil d'arrivée. Vettel a d'ailleurs reconnu que Ferrari avait été surpris de la durabilité des gommes par temps frais.

«Nous nous sommes compromis très rapidement à une stratégie de deux arrêts, a admis Vettel, qui est entré aux puits aux 12e et 38e tours. C'était sans doute la bonne chose à faire pour atteindre le fil d'arrivée le plus rapidement, mais nous ne nous attendions pas à ce que les gommes tendres (de Lewis) durent aussi longtemps.» 

À la surprise générale, Valtteri Bottas (Williams), parti septième, a terminé troisième. Il s'agit du deuxième podium consécutif du pilote finlandais à Montréal, après sa troisième place en 2015. 

«Montréal a toujours été très bonne avec moi, a d'abord convenu Bottas, qui a opté pour une stratégie d'un seul arrêt, comme Hamilton. Nous savions que cette piste serait favorable à notre voiture, mais ça n'a pas été facile.»

Max Verstappen (Red Bull), qui a triomphé il y a un mois au Grand Prix d'Espagne, a terminé quatrième. Le coéquipier de Hamilton, Nico Rosberg, a connu une journée difficile et a abouti en cinquième position.

Felipe Massa (Williams), le seul pilote à avoir amassé des points à chaque course jusqu'ici cette saison, a vu sa séquence arriver à terme lorsqu'il a été contraint à l'abandon au 38e tour.

Au classement général, Rosberg est toujours en tête avec 116 points. Il ne dispose plus que de neuf points d'avance sur Hamilton (107), tandis que Vettel (78) a repris le troisième rang à Daniel Ricciardo (72). Le classement des constructeurs est demeuré identique.

Contrairement aux prévisions météorologiques d'avant-course, la pluie n'a pas été un facteur lors de cette épreuve de 70 tours sur le circuit Gilles-Villeneuve.

La course au championnat reprendra de plus belle le week-end prochain, avec le premier Grand Prix de Bakou, en Azerbaïdjan.