NOUVELLES
12/06/2016 00:02 EDT | Actualisé 12/06/2017 01:12 EDT

Euro-2016: l'Eire retrouve le Stade de France, avec la main d'Henry à exorciser

Pour se lancer dans l'Euro lundi face à la Suède (16H00 GMT), les Irlandais retrouvent un lieu chargé de bien mauvais souvenirs: le Stade de France, où le célèbre contrôle de la main de Thierry Henry en 2009 les avait privés de Coupe du monde.

Des 23 Irlandais de l'Euro, cinq étaient là lors de cette froide soirée du 18 novembre où l'attaquant français avait offert un but à William Gallas d'une passe décisive de la main pendant les prolongations de ce match retour de barrage.

Ce but de l'égalisation (1-1) avait envoyé la France en Afrique du Sud pour la Coupe du monde 2010, après une victoire 1-0 lors du barrage aller. Mais le geste d'Henry avait suscité une énorme polémique et quasiment une affaire d'Etat en Irlande.

"Ça ne sert à rien de regarder en arrière. C'est contre la Suède lundi et ce qui s'est passé (face à la France) est derrière nous", assure le gardien Shay Given, âgé aujourd'hui de 40 ans et qui était sur la pelouse ce soir-là.

L'attaquant vedette Robbie Keane était là aussi, tout comme Glenn Whelan, Aiden McGeady, et John O'Shea, le défenseur de Sunderland, qui lui aussi souligne que le match de lundi face à la Suède n'a plus grand-chose à voir, puisque "c'est un tout autre adversaire".

Mais les supporteurs devraient malgré tout bien avoir ce souvenir en tête en retrouvant le stade de Saint-Denis, en banlieue parisienne. A l'époque, la presse irlandaise s'était déchaînée, accusant Henry de tricherie.

La classe politique irlandaise s'était à son tour mobilisée pour réclamer que le match soit rejoué, jusqu'au Premier ministre lui-même Brian Cowen, qui avait soutenu la demande lancée par la Fédération irlandaise auprès de la Fifa, sans succès.

Quant à Thierry Henry, il avait reconnu son geste. "Oui il y a main, mais je ne suis pas l'arbitre", avait-il réagi avant d'expliquer plus tard dans un communiqué que "rejouer le match serait la solution la plus équitable, mais ce n'est pas de mon ressort".

En 2015, plus de cinq ans après le match, la Fédération irlandaise (FAI) avait déclaré avoir été payée par la Fifa à l'époque pour éviter des poursuites en justice après cette qualification litigieuse, les médias locaux évoquant la somme de cinq millions d'euros.

La Fifa avait reconnu un "accord pour mettre fin au différend", sur la base d'un prêt "de cinq millions de dollars accordé à la FAI pour la construction d'un stade en Irlande".

as/tw/adc/gf/tba