NOUVELLES
12/06/2016 08:09 EDT | Actualisé 13/06/2017 01:12 EDT

Euro-2016 - Islande: la fin du "Viking Style" (président de la fédération)

"Notre football a changé", loin du rugueux "Viking Style", a expliqué le président de la Fédération islandaise Geir Thorsteinsson dans un entretien à l'AFP, pour justifier la première qualification de l'histoire de sa sélection à un tournoi international majeur.

L'Islande, versée dans le groupe F de l'Euro-2016, entame sa compétition par un match contre le Portugal mardi (21h00) à Saint-Etienne, avant d'affronter la Hongrie le samedi 18 juin (18h00) à Marseille puis l'Autriche mercredi 22 juin (18h00) au Stade de France.

Q: Comment analysez-vous la présence, historique, de l'Islande à l'Euro, et comment peut-on l'expliquer?

R: "C'est vraiment un rêve qui devient réalité, on a reçu énormément de compliments et on observe un intérêt incroyable pour le football islandais. Je dois parler à des médias de toute l'Europe, des Etats-Unis, il y a des journalistes qui viennent ici pour savoir comment ç'a été possible que cette petite association produise une bonne équipe comme la notre. Il y a beaucoup de raisons, la principale étant bien sûr que nous avons actuellement une génération dorée pour composer le noyau de l'équipe. La plupart évolue ensemble depuis les sélections de jeunes, bon nombre d'entre eux sont partis évoluer à l'étranger quand ils étaient très jeunes. Il y a eu beaucoup d'améliorations aussi dans notre façon de former les jeunes joueurs, dans les aménagements pour la pratique du football... Nous nous sommes servis de l'expérience de nos meilleurs joueurs qui évoluent à l'étranger, ils reviennent avec beaucoup d'expérience et de connaissances et cela nous permet de nous inspirer de ce qui se fait de mieux."

Q: Quelles conséquences ont-eu ces évolutions sur la façon de jouer de l'Islande?

R: "Avant, l'Islande était en quelque sorte une équipe +Viking Style+, avec trois ou quatre joueurs bons techniquement et les autres plus rugueux. Ce n'est plus le cas, notre football a changé, nos joueurs sont plus techniques qu'auparavant. Quand j'étais jeune, on ne pouvait jouer que pendant l'été en raisons des conditions climatiques, alors que maintenant nous avons de bonnes infrastructures pour travailler. Il faut pour cela notamment remercier l'UEFA pour son programme de coaching, les programmes financiers de la Fifa et de l'UEFA, qui, même si elles sont critiquées en ce moment, participent grandement au développement des petites fédérations."

Q: Rêver à une qualification pour les huitièmes de finale est-il réaliste pour une sélection qui n'a jamais participé à l'Euro?

R: "Notre premier match sera contre le Portugal de Cristiano Ronaldo, cela va dépendre de la forme de cette formation mais globalement, c'est une équipe très forte. A mes yeux, l'Autriche a joué le meilleur football des qualifications, donc nos chances de qualifications reposent peut-être surtout sur notre résultat face à la Hongrie, surtout que, vu le format de cette épreuve, une victoire peut nous permettre de nous qualifier. Mais en règle générale, il y a beaucoup de nouveaux paramètres à prendre en compte lorsque l'on participe pour la première fois à une compétition."

Propos recueillis par Corentin DAUTREPPE

cda/tba