NOUVELLES
12/06/2016 09:48 EDT | Actualisé 13/06/2017 01:12 EDT

Euro-2016/France - Les Bleus prêts à lâcher les chevaux

Le plus dur est-il passé? Libérés par leur premier succès au forceps contre la Roumanie (2-1), les joueurs de l'équipe de France le jurent mordicus: ils vont enfin pouvoir montrer leur réel visage lors de cet Euro-2016, dès mercredi contre l'Albanie.

"Le premier mot qui ressort c'est +soulagement+. J'espère que grâce à cette victoire on jouera notre vrai football lors des prochains matches", a résumé le défenseur central Adil Rami samedi au lendemain d'une entrée en matière poussive du pays-hôte, seulement sauvé par un exploit de Dimitri Payet.

"Au fil du tournoi, je suis sûr que nous allons monter crescendo", a estimé de son côté Olivier Giroud, auteur de l'ouverture du score.

Pour vivre loin de l'agitation médiatique et populaire et préparer leurs prochaines échéances dans le calme après le stress ressenti au Stade de France, les Bleus peuvent compter sur leur repaire de Clairefontaine, à 60 km de Paris, qu'ils ont retrouvé dès vendredi soir après une nuit passée dans un hôtel de la capitale en vertu du règlement de l'UEFA. Un isolement bienvenu qui va permettre à Didier Deschamps de se rendre tranquillement au chevet de certains leaders apparus en faillite lors du match d'ouverture.

- "Ne vous enflammez pas sur Dimitri" -

Parmi ces cadres en grande difficulté, les cas de Paul Pogba et d'Antoine Griezmann, attendus comme des stars du tournoi et passés à côté de leur sujet vendredi, retiennent le plus l'attention.

Les trois jours qui séparent les Bleus de leur 2e rencontre face aux Albanais à Marseille ne seront pas de trop pour soigner les maux de tête du milieu de la Juventus Turin, incapable de gérer une pression personnelle et collective, et régénérer l'attaquant de l'Atletico Madrid, visiblement émoussé par une saison au long cours.

Patrice Evra a lui cerné le malaise, à sa façon: "La star de l'équipe de France c'est l'équipe, pas un ou deux joueurs. Ce n'est pas Paul ou Antoine. C'est un peu de votre faute, les médias, car à force de faire la une, ils veulent trop bien faire."

Toujours dans la même logique, le défenseur de la Juve, pourtant loin d'être irréprochable vendredi, s'est aussi permis de faire la leçon à la presse à propos de Payet, la nouvelle star. "Je vous en supplie, ne vous enflammez pas sur Dimitri", a-t-il lancé au coup de sifflet final vendredi.

- Séance légère -

Samedi, les titulaires de la veille n'ont en tout cas pas forcé et ont été soumis à un simple décrassage avec notamment une sortie en VTT pour certains d'entre eux. Pendant ce temps, les remplaçants avaient droit à un petit match contre les moins de 19 ans du Paris SG, remporté 3-0 sur des buts d'André-Pierre Gignac, Anthony Martial et Kingsley Coman.

La séance collective de dimanche, ouverte aux médias, s'est elle déroulée sans Pogba ni Eliaquim Mangala, qui ont effectué un entraînement individualisé en salle. Blaise Matuidi et Laurent Koscielny ont, eux, rapidement quitté leurs équipiers après un petit footing.

Au menu pour les autres joueurs: des exercices de passes puis une opposition sous la pluie. Au total, cet entraînement très léger aura duré à peine une heure.

Le travail plus spécifiquement tactique aura sans doute lieu à huis clos lundi puis mardi au Vélodrome où les journalistes ne seront tolérés qu'au cours des 15 premières minutes.

Au-delà du moral des troupes, le sélectionneur, qui a eu son compte de blessés durant la préparation (Varane, Mathieu, Diarra), va aussi espérer ne pas avoir de pépins physiques à déplorer d'ici le rendez-vous marseillais. Vendredi, soulagé par le dénouement de la rencontre face aux Roumains, il avait manié l'humour à ce sujet: "Je vais mettre Payet dans les glaçons".

kn/nip/gf