NOUVELLES
12/06/2016 03:17 EDT | Actualisé 13/06/2017 01:12 EDT

Bangladesh: 2.000 nouvelles arrestations dans une opération contre des radicaux

La police du Bangladesh a annoncé dimanche l'arrestation de 2.100 nouvelles personnes dans le cadre d'une vaste opération contre des extrémistes dans l'espoir d'endiguer une vague d'assassinats de membres de minorités religieuses et d'intellectuels laïques.

Samedi, la police bangladaise avait déjà fait part de l'arrestation de plus de 3.100 personnes, ce qui porte au total à plus 5.200, dont 85 islamistes, le nombre de personnes interpellées au cours du weekend dans ces rafles, a dit à l'AFP l'assistant de l'inspecteur général de la police, A.K.M Shahidur Rahman.

Parmi ces islamistes figurent des militants du Jamayetul Mujahideen Bangladesh (JMB), un groupe interdit accusé de dizaines de meurtres de membres de minorités religieuses, d'intellectuels et de défenseurs de la laïcité, selon les autorités.

Une cinquantaine d'assassinats ont été commis en trois ans au Bangladesh, la plupart revendiqués par l'organisation Etat islamique (EI) ou par la branche d'Al-Qaïda en Asie du Sud.

Le gouvernement de Sheikh Hasina, soumis à une pression croissante de la communauté internationale pour mettre fin à ces violences, impute ces assassinats à des islamistes locaux, affirmant que des groupes jihadistes transnationaux comme l'EI et à Al-Qaïda ne sont pas présents sur son sol.

Au cours de la seule dernière semaine, une prêtre hindou âgé et un épicier chrétien ont été tués à coups de machette tandis que la femme d'un policier anti-terroriste a été poignardée et tuée par balle.

Et vendredi des inconnus ont tué à coups de machette un employé d'un monastère hindou. Dimanche, la police a affirmé avoir arrêté un "imam à temps partiel" dans le district de Pabna (nord-ouest) pour ce meurtre. "Il s'agit d'un suspect et il est interrogé à propos de ce meurtre", a déclaré à l'AFP le chef de la police locale Abu Quddus.

En plus de ces arrestations, la police a dit avoir confisqué environ un millier de motos, véhicules utilisés régulièrement lors de ces assassinats, car permettant aux meurtriers de prendre la fuite rapidement grâce à des complices à deux roues.

L'opposition accuse toutefois la police de se servir de cette vaste opération contre des éléments islamistes armés pour sévir contre des opposants politiques. Selon des experts, cette vague d'arrestation pourrait contribuer à radicaliser des opposants.

Pays officiellement laïque d'environ 160 millions d'habitants, le Bangladesh compte environ 90% de musulmans et 8% d'hindous.

sa/tha/ds/gl/at