NOUVELLES
11/06/2016 01:46 EDT | Actualisé 12/06/2017 01:12 EDT

Six policiers afghans tués dans une attaque attribuée à l'EI

Au moins six policiers afghans dont un chef de la police locale ont été tués samedi dans une attaque visant un centre de la police dans la province orientale de Nangharnar, attribuée à l'organisation Etat islamique, selon des sources officielles.

L'attaque survenue au coeur de la nuit qui a duré "plusieurs heures", dans le district de Haka Mina frontalier du Pakistan, a également fait onze morts dans les rangs des assaillants, a indiqué à l'AFP le porte-parole du gouverneur provincial, Abdullah Khogyani.

"Le chef de la police du district Shah Mahmood a trouvé la mort ainsi que cinq de ses policiers dans l'attaque", a-t-il dit.

"Onze combattants de Daech (acronyme arabe pour Etat islamique, ndlr) ont été également tués et sept blessés", a-t-il ajouté.

La situation était retournée à la normale samedi, selon le chef du district de Haska Mina, Hasan Khan, qui a confirmé l'attaque.

La présence de l'EI dans la région, qui recrute principalement parmi d'anciens talibans ayant fait défection, a été signalée courant 2015 et en janvier 2016, un porte-parole a annoncé l'établissement du califat auto-proclamé du Khorasan, le nom ancien de la région désignant l'Afghanistan et le Pakistan.

Mais en mars, le président Ashraf Ghani a annoncé que le groupe avait été défait au terme d'une offensive des forces afghanes de près d'un mois. Depuis la réalité de la menace reste difficile à évaluer.

Vendredi, une explosion dans une mosquée à l'heure de la prière, dans le district de Rodat de la même province, a fait trois morts dont l'imam et un enfant et près de 70 blessés, selon des responsables locaux.

Cette attaque n'a pas été revendiquée mais un porte-parole des taliban a démenti toute implication des insurgés et condamné cette action.

"L'Emirat islamique condamne fermement cette attaque et estime qu'elle a été conduite par des cercles ennemis pour déconsidérer le jihad", a insisté Zabihullah Mujahid dans un communiqué.

Par ailleurs, l'EI continue d'émettre ponctuellement depuis un émetteur de radio mobile, après qu'une frappe aérienne a détruit son émetteur de radio-télévision le 1er février, a affirmé samedi à l'AFP le gouverneur du district voisin d'Achin, Haji Ghalib Mujahid.

La province de Nangarhar, dont Jalalabad est la capitale, borde les districts des Zones Tribales du Pakistan.

str-mam/ach/at