NOUVELLES
11/06/2016 13:22 EDT | Actualisé 12/06/2017 01:12 EDT

Mauritanie: accord pour la reprise du travail dans une importante mine d'or après 18 jours de grève

Les travailleurs de la grande mine d'or de Tasiast, en Mauritanie, et leur employeur, filiale du groupe canadien Kinross, sont parvenus samedi à un accord portant sur la reprise du travail après 18 jours de grève, a-t-on appris de sources concordantes

"Les travailleurs décident de suspendre la grève et de reprendre le travail dès la signature de cet accord", selon le document signé dans la matinée par toutes les parties, dont l'AFP a obtenu copie.

La société Tasiast Mauritanie Limited S.A. (TMLSA) s'y engage à suspendre les mesures "prises de façon unilatérale le 17 mai" portant sur les avantages salariaux des employés dans le cadre de son plan de réduction des charges pour faire face au recul du cours de l'or.

"Les deux parties engageront des négociations dans un délai d'une semaine" sur la convention collective fixant les avantages des travailleurs, des discussions qui devront "durer deux semaines au maximum", selon le texte.

La société a confirmé dans un communiqué, précisant que "les deux parties se sont accordées pour reprendre, sous la supervision de l'inspecteur régional du Travail, des négociations le 22 juin prochain afin de définir une nouvelle convention collective d'établissement".

Le mouvement, lancé le 24 mai sur le site de production, à 250 km au nord de la capitale Nouakchott, touchait la quasi-totalité des 1.041 employés permanents, mais pas les travailleurs occasionnels.

Dans le cas où les travailleurs décideraient de reprendre leur grève, ils doivent "en informer la société 24 heures à l'avance", selon l'accord.

Enfin, TMLSA, qui avait le 26 mai annoncé le dépôt d'un plainte officielle auprès de l'inspection du Travail pour des "actions illégales" entreprises par des grévistes, selon la compagnie, s'engage à ne prendre "aucune mesure punitive contre les grévistes".

Exploitée depuis 2010 par Kinross via sa filiale TMLSA, Tasiast est l'une des principales mines d'or en Afrique de l'Ouest, avec des réserves prouvées et probables de quelque 260 tonnes.

Les grévistes revendiquaient des avantages sociaux, évoquant notamment une réduction de la prise en charge de l'assurance-maladie par la société, de l'impôt sur les salaires et du bonus trimestriel: des coupes décidées, selon les syndicalistes, sans négociation ni accord.

L'entreprise plaidait, elle, pour la réduction drastique des charges, affirmant qu'en 2015, "la mine de Tasiast avait les coûts de production les plus élevés de toutes les opérations de Kinross et n'était pas rentable".

La compagnie avait par ailleurs démenti tout changement dans le régime d'assurance-maladie des travailleurs.

Kinross a annoncé récemment son intention de doubler la production sur son site de Tasiast tout en réduisant de moitié les coûts par once produite. A terme, il vise à faire de ce site le plus important de ses opérations.

hos/sst/cr