NOUVELLES
11/06/2016 10:11 EDT | Actualisé 12/06/2017 01:12 EDT

Euro-2016: supporters anglais et russes coutumiers des violences

Les supporters anglais et russes, impliqués dans de violentes échauffourées samedi à Marseille avant le match entre leurs deux équipes au Vélodrome, ont déjà été impliqués dans des incidents similaires au cours des dernières grandes compétitions de football organisées en Europe.

Ce match Angleterre-Russie était classé "niveau 3" sur une échelle de risques de 4, tout comme quatre autres rencontres de la phase de groupes de l'Euro-2016: Turquie-Croatie, dimanche au Parc des Princes à Paris (Gr. D), Allemagne - Pologne (Gr. C, le 16 juin au Stade de France), Angleterre - Pays de Galles (Gr. B, le 16 juin à Lens) et Ukraine - Pologne (Gr. C, le 21 juin, encore à Marseille).

. Mondial-1998 en France: à Marseille, déjà, des violences éclatent en marge du match Angleterre-Tunisie les 14 et 15 juin 1998. Elles impliquent des supporteurs anglais, tunisiens et de jeunes Marseillais.

En marge du match Allemagne - Yougoslavie, le gendarme mobile Daniel Nivel est agressé par des hooligans allemands à Lens. Grièvement blessé, il a passé plusieurs semaines dans le coma et gardé de sévères séquelles.

. Euro-2000 en Belgique et aux Pays-Bas: des incidents violents attribués par les autorités belges à des supporters anglais ont éclaté à Charleroi (Belgique) et à Bruxelles avant et après le match Angleterre-Allemagne, faisant une cinquantaine de blessés. Quelque 500 personnes sont interpellées et près de 400 Anglais sont expulsés ou refoulés à la frontière.

L'UEFA réagit en menaçant d'exclure l'Angleterre de la compétition si le gouvernement britannique ne prend pas les dispositions susceptibles d'empêcher les hooligans anglais de venir perturber gravement la compétition.

. Euro-2004 au Portugal: la ville d'Albufeira est le théâtre de plusieurs échauffourées impliquant des centaines de supporters anglais. Au total, 36 d'entre eux sont expulsés et celui qui est considéré comme leur meneur est même condamné à deux ans de prison ferme au Portugal. Il est toutefois libéré pour un problème procédural dès son arrivée sur le sol britannique quelques jours plus tard.

. Mondial-2006 en Allemagne: quelque 180 personnes sont interpellées et placées en garde à vue en marge du quart de finale Angleterre-Portugal du Mondial-2006 à Gelsenkirchen (ouest). Parmi elles, 80, en grande majorité des supporters anglais mais aussi des Allemands et des ressortissants d'autres nationalités, ont été appréhendées après avoir commis des dégradations en ville et lancé des projectiles contre les forces de l'ordre.

La semaine précédente, la police avait interpellé quelque 400 supporters, pour l'essentiel anglais, lors d'affrontements avec des Allemands, en marge du huitième de finale Angleterre-Equateur (1-0) à Stuttgart.

. Euro-2008 en Autriche et Suisse: dans une édition globalement calme, les principaux incidents opposent des supporters croates et turcs après le quart de finale entre les deux équipes à Vienne. Douze personnes sont arrêtées, mais malgré des débuts d'échauffourées, la police a toujours eu la situation en main.

. Euro-2012 en Ukraine et Pologne: un groupe de supporters russes attaque à coups de poing et de pieds les bénévoles vêtus de gilets verts du service d'ordre dans le stade à Wroclaw, certains étant frappés alors qu'ils sont à terre.

L'UEFA réagit en menaçant de retirer 6 points à la Russie pour la campagne de qualification à l'Euro-2016 en cas de nouveaux incidents graves de ses supporters pendant l'édition 2012.

D'autres violents incidents ont lieu en marge du match Pologne-Russie (1-1) dans les rues de Varsovie. Ces accrochages, qui ont fait une vingtaine de blessés légers, se sont soldés par l'interpellation de 184 hooligans, majoritairement polonais (157) selon la police.

bur-gf/pgr/pyv